• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Archives
You can delete this sample category.

DocumentsDate de mise en ligne

Trier par : Titre | Date | Clics [ Croissant ]

L'Assemblée nationale a délibéré et adopté, le président de la République promulgue la loi dont la teneur suit:

Marches, boycotts, meetings, pétitions, communiqués et conférences de presse, villes mortes, pays mort et désobéissance civile…dans la plupart des États d’Afrique subsaharienne,  principalement dans les pays d’Afrique centrale, l’opposition et les forces progressistes ont tout essayé. Sans succès, c’est-à-dire sans arriver à inverser le rapport de force leur permettant
d’accéder au pouvoir. Les raisons de ses échecs récurrents sont multiples : fraudes électorales organisées par les régimes en place, organisation d’élections par une administration partisane,
environnements politiques contraignants, querelles de personnes, divisions des partis politiques et des opposants, mesquineries entre leaders, etc. Elles entraînent des conséquences qui
contribuent le plus souvent à perpétuer les régimes en place que tous les opposants prétendent combattre.

file icon Germinam 067populaire !Tooltip 21/11/2010 Clics: 1666

Le président de la cour d’appel du Mfoundi confirme l’ordonnance rendue par le président du tribunal de grande instance, Gilbert Schlick, le 27 mai 2010, sans donner la possibilité à Me Yen Eyoum Lydienne de présenter sa demande. Pour Amadou Ali et Me Mbiam Emmanuel tous les moyens sont bons quand ils sont efficaces. Pourtant, il n’existe pas de crime parfait. Le diable se cache souvent dans les détails. Amadou Ali et Me Mbiam Emmanuel ne s’embarrassent pas d’arguties pour défendre leurs points de vue. Il faut bien tordre le coup aux sophismes

file icon Germinal 066populaire !Tooltip 21/11/2010 Clics: 2340
La série noire se poursuit au Cameroun. Le chef de l’Etat devient  de plus en plus esseulé. En masse, les valeureux camerounais, les ténors et caïds de la classe politique, sociale et culturelle quittent la scène  qu’ils occupaient depuis plusieurs décennies. Au-delà d’une arithmétique morbide, le Cameroun a besoin des institutions fortes susceptibles de survivre à la disparition d’un homme ou d’un groupe d’hommes qui président aux destinés actuels du pays, autrement dit, qui traversent une époque, une période ou l’histoire,  transcendent les différents clivages et qui sont fondées sur des règles (lois et règlements)  claires et justes.
file icon Germinal 065populaire !Tooltip 21/11/2010 Clics: 2323

Ils ont plus de 60 ans et aux affaires depuis belle lurette. Paul Biya a peur du sang neuf. Tout laisse à penser. L’immobilisme dans lequel le Cameroun se trouve, l’absence d’innovation peut-être la conséquence logique du vieillissement de la classe dirigeante. Le moment est venu pour que l’on fasse confiance aux jeunes responsables, qui savent faire preuve de discernement, qui savent distinguer l’accessoire de l’essentiel, le facultatif du nécessaire, l’inutile de l’indispensable, l’avoir et  l’être.

Page 2 sur 7