• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Micmacs

Micmacs

La liste du Père Noël

Envoyer Imprimer PDF
Pour dire les choses franchement, je ne suis pas très à l'aise avec les propositions de type «grands chantiers structurants» qui reposent sur une approche de type keynésienne avec un État qui miserait essentiellement sur une augmentation «indiscriminée» de la dépense publique pour espérer relancer la croissance.
Ce choix est discutable pour une série de raisons.
1. Au Cameroun, les politiques publiques [comme toutes les autres actions de la machine gouvernante, d'ailleurs] ne sont pas systématiquement évaluées. Et encore moins auditées par des instances indépendantes. Ce qui autorise que 7 ans s'écoulent entre l'annonce d'un projet et la pose de la première pierre qui manifeste le démarrage des travaux liés à ce projet !
2. Au Cameroun, l'équilibre des finances publiques reste à parfaire [j'utilise là un euphémisme!] : l'État lutte contre un endettement élevé et peine à boucler [dans les normes] ses engagements budgétaires. Si l'on veut investir dans ce que l'on estime être des secteurs porteurs de croissance il faut, en contrepartie, c'est évident,
Mise à jour le Dimanche, 16 Octobre 2011 06:13

Snh: Adolphe Moudiki n'en peut plus

Envoyer Imprimer PDF
Comme tout le monde le sait, chaque chose a une fin. Même Paul Biya, à 80 printemps sonné, le sait. Lui qui, en 2004, donnait 20 ans à ceux qui le donnaient pour mort et  souhaitaient assister à ses obsèques et funérailles. 7 années se sont écoulées. Même très fatigué de se reposer à Etoudi, il estime qu’il est toujours l’homme de la situation. Ses thuriféraires aussi. C’est la raison pour laquelle il briguera un nouveau mandat de 7 ans pour parachever le travail de destruction du Cameroun qu’il a commencé le 06 novembre 1982, soutiennent ses contempteurs de l’opposition alimentaire.
L’Homme-Lion, si on en croit La Lettre du Continent, ne serait pas insensible au calvaire que vit  Adophe Moudiki. Peut-être que  pour le Roi du Cameroun, l’actuel Administrateur directeur général de la Snh ne serait plus l’homme de la situation pour cette entreprise. Fatigué et diminué - des mauvaises langues affirment qu’il serait devenu grabataire -  il ne viendrait plus au bureau depuis bien longtemps.
Mise à jour le Lundi, 26 Septembre 2011 06:37

Les dossiers qui menacent le sphinx Biya

Envoyer Imprimer PDF
Le président camerounais Paul Biya, 78 ans, sait qu'il joue gros à la présidentielle d'octobre. Au pouvoir depuis vingt-neuf ans, l'homme du silence, aussi mystérieux qu'insondable, est de moins en moins profilé "président fréquentable" par la communauté internationale. Depuis juillet, il fait même l'objet d'une plainte déposée en France pour séquestration arbitraire. Une première au Cameroun! Au cours des prochaines semaines, le prince d'Etoudi tentera toutefois de démontrer qu'il reste incontournable pour assurer la stabilité du golfe de Guinée et empê­cher le chaudron camerounais d'imploser. Cet argument réussit pourtant de moins en moins à convaincre. À l'intérieur comme à l'extérieur du pays.
Mise à jour le Mercredi, 07 Décembre 2011 09:48

Comment Paul Biya se prépare pour quitter le pouvoir en 2013-2014

Envoyer Imprimer PDF
Les Camerounais ont été surpris de voir le président Paul Biya, boycotteur patenté et incorrigible des sommets de l’Union africaine, prendre son avion quelques minutes seulement après avoir présidé les festivités marquant la célébration de la 39e fête de l’unité pour prendre part à la cérémonie d’investiture du préfet d’Abidjan, Alassane Dramane Ouattara. Sacré Paul Biya ! L’ordre aurait été donné par Nicolas Sarközy à tous les chefs d’État des pays de la Zone franc afin qu’ils se retrouvent tous à cette cérémonie marquant le retour en force de la Françafrique. Paul Biya ne pouvait pas regimber, lui qui se trouve aujourd’hui entre le marteauSarkozy- et l’enclumeBarack Obama, prix Nobel de la guerre. Ces deux impérialistes, depuis un certain temps, ont décidé de qui doit être président à la tête des États en Afrique. Ils ont également décidé qu’il n’est plus acceptable qu’il y ait encore dans le monde, surtout en Afrique, des chefs d’État qui font plus de 15 ans au pouvoir.
Mise à jour le Vendredi, 08 Juillet 2011 19:04

Pius Njawé: L’étoile et les crabes

Envoyer Imprimer PDF

Certains disent que l’État du Cameroun a vraiment fini par tuer Njawé. Reste à savoir comment ils ont fait...
Quoi qu'il en soit, on ne pourra pas le faire revenir.
Les scandales autour de sa dépouille, n'ont cherché qu'à éclabousser la mémoire d'un personnage inéclaboussable. Ces scandales ont surtout montré aux yeux de tous jusqu’où le pouvoir machiavélique incrusté à Etoudi peut aller en poursuivant ses ennemis jusque dans la tombe… un vrai travail de croque-mort !

Quand les présidentiables du Rdpc affûtent leurs armes

Envoyer Imprimer PDF

De nombreuses personnalités au sein du Rdpc lorgnent du côté d'Étoudi. Les clans sont formés ou se forment. Les uns et les autres se regardent en chiens de faïence et se marquent à la culotte. Au cœur des micmacs et cancans qui vrillent les oreilles indiscrètes.
Aux traditionnelles querelles domestiques pour le positionnement politique, voire alimentaire au sein du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc, parti au pouvoir), s'est greffée,  cette fois-ci, une bagarre féroce entre les membres en fonction ou en disgrâce de la nomenklatura biyaïste, à mesure qu'approche l'échéance fatidique de 2011 avec ses incertitudes. Le " poisson d'avril " du journal  Mutations était venu raviver une guerre de succession qui fait rage dans les coulisses et qui oppose les différents clans.

Mise à jour le Lundi, 06 Septembre 2010 08:55

Cambriolage aux Finances : une affaire d’Etat

Envoyer Imprimer PDF
Pendant la nuit de jeudi à vendredi dernier. Des individus non identifiés ont réussi à pénétrer dans le cabinet du ministre des Finances, Essimi Menye. Ceux-ci se seraient ensuite attaqués au coffre-fort placé dans le bureau du ministre, après avoir défoncé les trois portes donnant accès audit cabinet. Une enquête a été initiée par le Groupement mobile d’intervention (Gmi) dont les éléments assurent par ailleurs la garde des locaux. Il est bien clair que la commission d’enquête mise sur pied est une mascarade. Il est élémentaire : on ne peut être juge et partie. Une chose est sûre, une main invisible se cache derrière cet acte.

Page 2 sur 2