• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Micmacs

Micmacs

Sassou fait pâlir d’envie Franck (Emmanuel Olivier) Biya

Envoyer Imprimer PDF

On peut tout reprocher à Paul Barthélémy Biya, mais notre résident de la République sait tenir sa famille à l’écart des affaires. Depuis 1994 pour sensibiliser l’opinion nationale et internationale à la lutte contre la pauvreté, la maladie, la misère et les exclusions de toutes natures en milieu urbain et rural, Chantal Biya, son épouse, a décidé de créer la Fondation qui porte son nom et qui la met de fait, sous les feux des projecteurs
L’objectif principal poursuivi par la Fondation Chantal Biya est l’aide aux couches sociales défavorisées et la lutte contre les souffrances. Le reste de sa famille, outre Bonaventure Assam Mvondo alias Bonivan, le truculent député de la Nation, est discret. Ce qui n’est pas le cas au Congo Brazzaville devenue la véritable propriété de Denis Sassou Nguesso. Selon la Lettre du continent, inconsolable depuis le décès d’Edith Lucie. Denis Sassou Nguesso n’en oublie pas pour autant ses autres filles. Toutes plus ou moins aux affaires.
Album de famille. pilier du clan présidentiel congolais, Edith Lucie, ex-première dame du Gabon, dont

Mise à jour le Vendredi, 21 Juillet 2017 06:29

Ministère des Mines: Et si Ernest Gwaboubou n'avait reien compris!

Envoyer Imprimer PDF

Il y a de cela quelques semaines, le ministre de l’Industrie, des Mines et du Développement technologique était au-devant de l’actualité. Dans un papier, Georges-Alain Boyomo dans les colonnes du quotidien Mutations, édition du 20 septembre 2016 écrivait que Ernest Gwaboubou avait été convoqué dans les services du Premier ministre, en vue de voir clair dans son projet de nominations des directeurs et assimilés dans le département ministériel dont il a la charge. Outre lui, indiquait le confrère, on signalait parmi les participants à cette réunion de crise le secrétaire d’État auprès du Minimidt, Fuh Calistus Gentry, des proches collaborateurs de Philemon Yang, notamment le ministre secrétaire général des Services du Pm, Magloire Séraphin Fouda, le directeur du cabinet, Paul Ghogomu Mingo et le conseiller technique, Pierre Fabien Nkot. L’objet de cette convocation, poursuit-il, était des explications que le ministre devait donner « sur son «tsunami» relatifs aux postes de directeurs », et qui marginalisait de façon flagrante, aux dires des détracteurs du ministre  des ressortissants de la partie anglophone du Cameroun dont est originaire

Mise à jour le Vendredi, 03 Mars 2017 00:34

Sauvons le soldat Mebe Ngo'o à tout prix et à tous les prix

Envoyer Imprimer PDF

Avez-vous écouté Rfi ce matin, comme moi ? Sinons, fixons les idées par ce verbatim
Le 21 novembre 2016 (journal de 13h, poste national), Mebe Ngo'o affirmait: « Au niveau du ministère des transport, la capacité du train a été singulièrement renforcée. Le train n° 152 de 10h25 en provenance de Yaoundé et à destination de Douala, et n°153 de 14h45 en provenance de Douala et à destination de Yaoundé ont été équipés de huit wagons supplémentaires, qui ont offert une capacité additionnelle de 680 places par train, soit au total 1336 places. [...] J'ai prescrit à Camrail, compte tenu de la gravité de la situation, de mettre en oeuvre des mesures spéciales additionnelles pour accroitre la capacité de ce train. » ( C'est moi qui souligne en italique)
Par la suite, sur Rfi,  Mebe Ngo'o affirme: « Ce n'est pas la première fois que Camrail est sollicitée pour augmenter le nombre de voitures », et d'ajouter : « La gare de Yaoundé était déjà prise d'assaut par plus de 2000 personnes qui voulaient absolument

Mise à jour le Vendredi, 03 Mars 2017 00:34

Paul Biya, un aveugle sur la route de Mvomeka'a

Envoyer Imprimer PDF

Cette semaine qui s’achève [semaine du 6 au 12 juin 2016, Ndlr] , je me suis rendu dans la région natale du président, de la capitale politique du Cameroun à la capitale régionale du Sud. Oui, j’étais chez vous. Mais ce que j’ai vu ne m’a pas enchanté ! Je croyais qu’au crépuscule de ce trop long règne qui ne se renouvellera plus, au moins votre région natale, la région du sud, pouvait faire valoir vos réalisations, défendre votre bilan. De Yaoundé à Ebolowa, ce qui frappe en premier le voyageur, c’est, avant tout, la petitesse serpentine de la voie qui y mène, ses virages mortifères et ses habitations, toujours les mêmes, qui renvoient aux origines de l’humanité. Des maisons, du moins ce qui en tient lieu, bâties en pisé et en bambou, inclinées à toucher le sol, ouvertes aux intempéries, perdues dans une forêt épaisse, étouffante, impénétrable ! Mais, une Forêt pénétrée par les grumiers qui parcourent cette voie à longueur de journée, transportant le bois, et oubliant de laisser un peu de progrès ou de développement

Mise à jour le Vendredi, 03 Mars 2017 00:36

Lettre entrouverte à Paul Biya

Envoyer Imprimer PDF

Jusqu’où abuseriez-vous de notre patience Monsieur le Président ? Quel bilan présenteriez-vous à vos petits-enfants si la faucheuse vous laissait encore faire plus vieux, lorsque vous auriez, pour improbable que ce soit, quitté ce pouvoir qui vous fascine et vous subjugue tout autant ? À quoi sert le pouvoir si ce n’est pour agir positivement sur la vie des gens ? 54 ans dans les plus hautes sphères de l’État, depuis 1962, dont presque 34 comme détenteur du magistère suprême, il faut le faire ! Mais il faut surtout présenter un bilan ! Avant que vous ne cédiez aux sirènes de l’anticipation ou de la précipitation de la prochaine élection présidentielle, qu’avez-vous fait de vos précédents mandats ? Pourquoi fixer le mandat à sept ans quand on n’est même pas capable de le finir ? Combien de fois avez-vous rendu visite à vos compatriotes en 34 ans de règne ? Quelles connaissances avez-vous de leurs souffrances et de leur quotidien ? Les fiches de renseignements formatées dans le style télégraphique d’un paragraphe de 12 lignes,

Mise à jour le Vendredi, 03 Mars 2017 00:36

Paul Biya, ce malade très bien portant

Envoyer Imprimer PDF

Les Camerounais ont une imagination très fertile. Derrière tout ce qui passe, ils trouvent toujours un signe annonciateur du déluge ou de la fin du monde. L’autre jour au Boulevard du 20 mai, la voiture du résident de la République est tombée en panne. Il n’en fallait pas plus pour que ceux qui piaffent d’impatience pour accéder à la mangeoire suprême trouvent derrière cette banalité quotidienne, un signe avant-coureur d’une fin de règne. Comme si des milliers de voitures qui tombent au quotidien en panne et encombrent les chaussées de nos routes ou ce qui en tien lieu, annonçaient une peste qui s’abat sur le Cameroun. Il est vrai que l’image qui a circulé sur les réseaux sociaux est insolite. Elle confirme le fait qu’en haut lieu, au ciel à Etoudi, on ne sait même pas ce qu’on appelle maintenance. Les pourfendeurs de l’Intendant principal du Palais, Christophe Foé Ndi, pour ne pas le nommer, ont trouvé là une belle occasion pour l’accabler comme si le diplôme en mécanique-auto qu’il n’a pas lui permettait de faire

Mise à jour le Vendredi, 03 Mars 2017 00:37

Pleurer-rire

Envoyer Imprimer PDF

Cour permanente des miracles, pays béni des dieux, d’aucuns ajouteraient pince-sans-rire, sous la protection de la vierge Marie, le Cameroun comme il va depuis un demi-siècle ne cesse de surprendre.

Désigné pour abriter les coupes d'Afrique des nations (CAN) 2016, 2019 après avoir longtemps été moqué et ridiculisé par les pays moins avancés, le Cameroun n’a décidément pas appris de ses échecs antérieurs des organisations d’événement. À l’origine était la huitième coupe africaine des nations avec son florilège de scandales. Qui ne se souvient, comble de l’ironie, du comice agropastoral, reporté mais pourtant à maintes reprises annoncé en début d’année par la bouche la plus autorisée du pays ? Alors que le sport et principalement le football, arbre qui a longtemps caché la forêt des bricolages en tout genre, voici que le mensonge des grandes réalisations, est en passe de montrer à la face du monde et en grandeur nature ce qui arrive, quand naviguer à vue est érigé en mode de gouvernement, dans un pays où la moindre remise en question, même en dépit du bon sens,

Mise à jour le Vendredi, 03 Mars 2017 00:37

Page 1 sur 2

  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »