• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Société

Société

Lokoundje: Une commune sans maire

Envoyer Imprimer PDF
Le visiteur qui débarque dans l’arrondissement de Lokoundje, notamment dans la localité de Fifinda, chef lieu de cette unité administrative, a tout simplement l’impression d’être dans un eldorado. Une simple impression somme toute. L’arrondissement de Lokoundje au fond se meurt dans un sous développement indescriptible et sans précédent. Rendu à Bissiang et dans la zone de Bidou, les pauvres populations rencontrées disent ne pas connaitre leur maire. Un riverain confirme que « nous apprenons qu’il est le Dg de la Bicec. Mais moi, depuis plus de 20 ans que j’ai replié au village, je ne l’ai pas encore vu ». Un autre prend leur défense en voulant expliquer que leur maire se fait voir lors des consultations électorales et puis plus rien. Sans être de simples déclarations, un tour fait dans cet arrondissement, prouve bien que l’exécutif communal se plait plus aux agapes qu’aux investissements. En dehors de quelques-uns effectués à Fifinda (place des fêtes, jardin botanique abandonné…) le reste de l’arrondissement n’a jamais vu l’ombre d’une machette pour le désherbage des voies d’accès. Les points d’eau sont inexistants. L’électrification rurale reste un leurre. Bref, les services de bases sont les choses les plus minorées par des dirigeants de la commune de Lokoundje. Cet abandon s’explique par l’absentéisme du maire Innocent Ondoa Nkou, Directeur Général adjoint de la Bicec, par l’inefficacité de son premier adjoint et son deuxième adjoint reste introuvable. Il serait cadre à Camtel. A cette allure, avec le comice qui s’annonce au galop et ou les maires ont la lourde charge d’encadrer les paysans, il reste fort à parier que la Lokoundje qui regorge pourtant un potentiel agropastoraux ne soit pas prêt le jour-j. Hélas, les Gics et autres réseaux des Ongs qui sont abandonnés à eux-mêmes n’auront leurs yeux que pour pleurer. Attendre du département de l’Océan une participation honorable à ce rendez-vous du monde rural relève cette fois alors d’une véritable gageure.
Olivier Ndenkop

Droits de l’homme: Article 55 accable le Cameroun

Envoyer Imprimer PDF
Article 55 – OSC, une Organisation non gouvernementale de droit camerounais œuvrant pour la promotion et le respect des droits humains au Cameroun et basée à Douala, vient de publier son Rapport d’observation  pour l’année 2009-2010. Un tableau sombre.
Il s’agit en réalité d’un rapport sur  le respect des droits économiques, sociaux, culturels et…environnementaux au Cameroun pour cette période et leurs conséquences sur les années à venir. Au fil des 45 pages, le document présente le contraste qu’il existe entre les textes juridiques existants et leur application par les autorités camerounaises. Pour les rédacteurs du rapport, le Cameroun est signataire de plusieurs traités et conventions qui ne sont malheureusement pas mis en application.
Mise à jour le Mercredi, 13 Octobre 2010 20:17

Obsèques de Pius Njawé: Quand le gouverneur de l’Ouest ne sait pas garder son sang-froid

Envoyer Imprimer PDF
Si Dieudonné Ivaha Diboua, gouverneur de la Région de l’Ouest-Cameroun avait pris connaissance du contenu de l’éloge funèbre de Pius Njawé, il n’aurait pas empêché Célestin  Monga de le prononcer. Le 07 août 2010, à Babouantou, il a fait preuve d’un incroyable manque de sang-froid.
Samedi 07 août 2010. La cérémonie organisée à l’occasion des obsèques de Pius Njawe, journaliste et président de Free Media Group, mort le 12 juillet 2010 aux États-Unis des suites d’un accident de circulation, tire vers la fin. Après la lecture du message de condoléances du chef de l’État  adressé au premier fils de Njawé, par le  premier adjoint du sous-préfet de l’arrondissement de Bandja (département du Haut-Nkam), le speaker, maître des cérémonies, Jean Vincent Tchienehom, annonce l’oraison funèbre de Pius Njawé que doit prononcer Célestin Monga, ami du défunt.
Mise à jour le Lundi, 30 Août 2010 21:05

Résidence Ongola:Le pacte secret entre Tsimi Evouna et la société Timbal Immobiliare

Envoyer Imprimer PDF
Les travaux de construction de la Résidence Ongola sont à l’arrêt. Après avoir pris la première tranche des fonds destinés  à la réalisation des travaux, Simon Pierre Ndjeng, promoteur de Timbal immobiliare a pris la poudre d’escampette. Il sait qu’il tient Gilbert Tsimi Evouna
Qu'est-ce qui ne tourne pas rond avec le projet de construction de la Résidence Ongola ?, se demandent les visiteurs et éventuels candidats à l’achat des appartements ou des maisons que devait construire la société Timbal Immobiliare. La réponse donnée par Gilbert Tsimi Evouna, Délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Yaoundé, reste vivace dans les esprits
Mise à jour le Mercredi, 25 Août 2010 21:38

Ceux qui se battent pour ne pas mourir

Envoyer Imprimer PDF

Une bonne partie de la population camerounaise vit en dessous du seuil de la pauvreté. C'est ce qui ressort de différents rapports de la banque mondiale, lesquels soulignent en outre que les jeunes constituent la couche de la population la plus touchée. Au quotidien cependant, certains jeunes se battent pour ne pas mourir.

Page 7 sur 7