• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Société

Société

Affaire Vanessa Tchatchou : Le Code fait un scandale à l’Intercontinental en Suisse

Envoyer Imprimer PDF

Un cercueil qui crée la panique générale. L’affaire Vanessa en plein cœur de Genève. La garde rapprochée de Paul Biya en état de choc. La police anti-terroriste en renfort. Brice Nitcheu et Moïse Essoh  inculpés. Le récit  d’une journée folle à Genève
Les leaders des deux factions du Code, Brice Nitcheu et Moise Essoh, ont sans doute voulu marquer de façon spectaculaire la dynamique de convergence dans laquelle ils sont engagés depuis plusieurs mois. Et l’affaire Vanessa Tchatchou, la détention de l’homme politique et écrivain Enoh Meyomesse, la commémoration de la semaine des martyrs, combinés avec la présence du président Paul Biya à l’hôtel Intercontinental, ont offert une constellation favorable pour l’assaut qui a complètement paralysé pendant plus d’une heure de temps  l’hôtel Intercontinental ou séjournerait, selon le Code, Paul Biya en ce moment. Cette action du Code, appelé « Opération Mont Cameroun » a mobilisé trois corps d’élite de la police Genevoise, y compris la police anti-terroriste. Nous avons suivi, pendant deux jours et à leur demande, les traces de ces deux leaders qui donnent du fil à retordre au pouvoir. Et nous en avons eu plein les yeux.

Mise à jour le Dimanche, 13 Mai 2012 13:25

Affaire Vanessa Tchatchou : des Camerounais manifestent près de l’Ambassade du Cameroun à Paris

Envoyer Imprimer PDF

Le jeudi 16 février, dès 15h, les citoyens camerounais de France se sont retrouvés près de l’ambassade du Cameroun à Paris, sise au 73 rue d’Auteuil, pour manifester leur soutien à Vanessa Tchatchou, la jeune mère du nouveau-né volé peu après sa naissance à l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé, le 20 août 2011, et qui depuis lors a décidé d’élire domicile à la chambre N°2 de cet hôpital public pour réclamer que son bébé lui soit rendu.  
Après avoir placardé des portraits de Vanessa Tchatchou partout où il était possible de le faire, les manifestants ont interpelé les autorités camerounaises et fustigé l’arrogance, l’opacité et la désinvolture qui a jusqu’ici caractérisé la gestion de cette affaire par le gouvernement camerounais. Une attitude qui contraste avec l’indignation populaire et l’élan de solidarité observés chez les Camerounais d’"en bas" depuis la révélation de ce scandale par la presse. Les manifestants ont donc interpelé l'ambassadeur du Cameroun à plusieurs reprises et les forces de police qui encadraient la manifestation n’ont d’ailleurs pas manqué d’assurer la médiation entre les manifestants et les diplomates de l’ambassade qui n’ont cependant pas voulu recevoir le groupe de manifestants. Comme quoi, à Paris comme à Yaoundé, c’est le même combat citoyen mais aussi, en face, la même arrogance et la même condescendance.

Mise à jour le Dimanche, 13 Mai 2012 13:26

Enoh Meyomesse parle de son arrestation et de son incarcération

Envoyer Imprimer PDF

L'air un peu hagard, un peu amaigris, cheveux grisâtres, chemisette rayée tachetée, pantalon légèrement sombre et sandales aux pieds, Enoh Dieudonné, alias Enoh Meyomesse, affiche un léger sourire et un visage radieux lorsque, sortant de la cellule de passage où il est logé depuis le 22 décembre 2011 , il aperçoit dans un angle de la cour des visites de la prison centrale de Kondengui, le reporter de Germinal qui venait juste de franchir la grille qui sépare ce lieu de la cour de cérémonie où est logée l’administration de ce pénitencier malfamé de la capitale politique du Cameroun. Du coup un gardien de prison se rapproche du reporter et essaie d’écouter discrètement ce qu’il dit au nouveau pensionnaire. Il ne cesse d’ailleurs de les regarder à la dérobée. Comme tous les dimanches, les mardi et les jeudis de chaque semaine, jours consacrés aux visites, cette cour des visites grouille de monde ce jeudi 29 décembre 2011.
Très ému, celui qui est aujourd’hui présenté comme étant le chef d’un gang qui aurait perpétré

Mise à jour le Jeudi, 02 Mars 2017 23:09

40 propositions pour changer Yaoundé

Envoyer Imprimer PDF

Les éléments ci-dessous complètent la seconde partie d`une note rédigée en octobre 2007 par Olivier Iyebi Mandjek, géographe et chercheur à la Fondation Paul Ango Ela (FPAE) de géopolitique en Afrique centrale, et moi même. Une première version [sensiblement différente de celle proposée aujourd’hui] a déjà été publiée par l’hebdomadaire Germinal, n° 29/2009 pages 10-11.
Au départ il y a simplement une question : n’a-t-on vraiment jamais rien programmé pour contrôler le développement de nos cités ?! S`en suivent des idées. Des propositions. Des manières de "rêver" la ville. A vous de juger. Pour le futur de la ville capitale.
Nous devons tout d`abord nous accorder, en préambule, sur certains paradigmes et redire que la somme des effets néfastes des familles chassées de Ntaba ou des pseudo-commercants virés de l`avenue Kennedy, n’est point supérieure à la somme des erreurs et des risques qui ont précédé la démolition de leurs logements-installations. Il est indéniable que les actions de lutte contre le désordre urbain peuvent choquer par leur violence, certes, mais nous sommes désormais entrés dans un processus de prise de conscience qui signifie un changement d’optique :

Mise à jour le Jeudi, 02 Mars 2017 23:10

Cameroun: Un tombeau pour les droits de l'homme

Envoyer Imprimer PDF

la situation du Cameroun n'est pas enviable en matière de respect des droits de l'homme. C’est la substance du rapport de l’Observatoire national des droits de l’homme publié il y a quelques jours.
Ce rapport d’une trentaine de pages est le produit de plusieurs mois de travail, abattu par un comité ad hoc, constitué par l’ Action pour l’Abolition de la Torture  (Acat-Littoral), la Ligue des Droits et  Libertés  (Ldl) et  le  Service National  Justice  et Paix (Snjp);  avec le soutien du Comité  catholique contre la Faim et pour le Développement (Ccfd). En réalité, il s’agit du compte rendu d’un travail d’enquêtes conduites sur les dix régions du Cameroun entre 2008 et 2010. Un tableau pas agréable. Car le Cameroun s’y révèle comme un pays où la torture et les autres traitements dégradants continuent à être pratiqués malgré les textes nationaux et supra nationaux existants. Selon les rédacteurs de ce texte, les émeutes de février 2008 ont été un joli prétexte pour constater à quel point les Chartes, Pactes et Conventions pourtant ratifiés par le Cameroun sont bafoués.

Mise à jour le Jeudi, 02 Mars 2017 23:15

Des millions enterrés pour faire un deuil

Envoyer Imprimer PDF
Les obsèques  des grands de la République  ou de  leurs proches prétextes aux dépenses somptuaires.
Le 5 mai 2007, Gilbert Edouard Andzé Tsoungui était porté sous terre. Pour son dernier voyage vers l'éternité, l'ancien vice premier ministre chargé de l'Administration territoriale a eu droit à tous les honneurs de la nation et de ses proches. Et comme dernière demeure, le grand commis de l’État a hérité d’un luxueux caveau familial qui  a impressionné beaucoup à Nkolondom I,  son village natal qui, en l’espace de deux jours a vu passer un parterre impressionnant de personnalités camerounaises dont le représentant personnel du chef de l'État, Chief Inoni Ephraïm. Mais avant l’acte final de Nkolondom I, beaucoup avaient déjà été frappés par la qualité des obsèques auxquels avait droit  l’ex vice –premier ministre. Dont la dépouille mortelle dès le tarmacadam de l’aéroport de Nsimalen avait fait une escale dans une chapelle ardente spécialisée dressée à cet effet.
Mise à jour le Dimanche, 26 Juin 2011 10:29

Comment le sciage artisanal nourrit la corruption des fonctionnaires

Envoyer Imprimer PDF
De nombreuses organisations non gouvernementales œuvrant dans la préservation des forêts n’ont eu cesse de le dénoncer, mais le commerce de bois de manière informelle fournit une importance source de revenus à des fonctionnaires corrompus et pas un seul franc à l’État.
C’est la substance d’une étude réalisée par Paolo Cerutti et Guillaume  Lescuyer. Dans leur état des lieux  du marché domestique  du sciage artisanal au Cameroun, les deux chercheurs du Cifor sont plus que formels : « Plusieurs éléments nous ont poussés à conduire ces recherches sur le secteur domestique du bois de manière parallèle dans plusieurs pays du bassin du  Congo. Dans tous ces pays couverts, ce secteur représente une part non négligeable des bois réellement exploités, parfois supérieurs à celle du secteur officiel », soulignent en chœur les deux fins limiers. Avant d’expliquer que ce secteur se définit par opposition à celui du bois qui est abattu ; transformé et exporté par le secteur industriel.
Mise à jour le Lundi, 11 Juillet 2011 05:49

Page 6 sur 7