• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Société

Société

A la prison de Douala : la promiscuité fait le lit des maladies

Envoyer Imprimer PDF

Parqués entre quatre murs trop étroits, les prisonniers de New Bell accumulent les maladies. Comme dans toutes les prisons du Cameroun, promiscuité et soins insuffisants font le lit des contagions.
Les détenus malades ne cessent d’affluer à l’infirmerie de la prison centrale de Douala. Les moins chanceux, qui ne trouvent pas de lits, reçoivent leurs perfusions, couchés à même le sol, ou assis. Ils souffrent presque tous des mêmes maux : paludisme, maladies de la peau, tuberculose, fièvre typhoïde, dont les taux de prévalence sont nettement plus élevés, ici, que sur le territoire national. Le docteur Patrick Ngadeu, médecin chef de la prison, affirme consulter en moyenne 50 personnes par jour souffrant du paludisme.
"A  New Bell, le taux de prévalence des maladies non transmissibles (maladies de la peau) est de 7%, celui du Vih Sida de 5%, celui de la tuberculose de 7%. Nous avons aussi enregistré 5 cas de choléra au cours de la récente épidémie liée à cette maladie ", énumère, pour sa part, le docteur Amougou Ello, le médecin chef de l’infirmerie de cette prison.

Mise à jour le Vendredi, 08 Mars 2013 11:16

L’infirmerie de la prison n’assure pas:Armand meurt par négligence à Nkongsamba

Envoyer Imprimer PDF

Il ne pouvait pas supporter le coût de son traitement. Armand Tchuissi est décédé en prison faute de soins appropriés. Un fait devenu banal dans les prisons du Cameroun. En violation flagrante des règles minima de détention.  
Les détenus de la prison principale de Nkongsamba portent encore le deuil d’Armand, décédé le 29 avril, à la tombée de la nuit. Les détenus reprochent au médecin de la prison de n’avoir pas réagi à temps pour sauver leur camarade, dont la santé s’était dégradée depuis quatre jours. Ils imputent ce drame à la négligence du praticien et du staff administratif de la prison. Selon eux, ces responsables étaient pourtant bien informés de l’état d’Armand mais ne lui ont pas administré les soins appropriés.

Armand était allergique
Agé de 23 ans, Armand Tchuissi s’est rendu à l’infirmerie de la prison dans l’après-midi du dimanche. "Après avoir pris ses paramètres, nous avons constaté que tout allait très bien mais nous l’avons néanmoins mis en observation. Il a dû faire une allergie suite à une injection", explique Armelle Zanfack, médecin de la prison.

Mise à jour le Jeudi, 02 Mars 2017 23:23

Pas de lits dans les prisons de Yabassi et Edéa: les détenus dorment sur des cartons

Envoyer Imprimer PDF

La plupart des détenus des prisons principales de Yabassi et d’Edéa dorment sur des cartons, des planches ou des nattes. Faute de lits et de matelas, et en violation flagrantes des règles minima de détention.  

Bientôt trente minutes qu’il s’étire dans tous les sens comme si ses articulations étaient rouillées. Du haut de son 1m80, Boteng Motassi, torse nu, se frotte inlassablement les paupières recouvertes de chassie pour tenter de repousser le sommeil, tandis que certains de ses codétenus s’agitent et crient dans la cour de la prison principale de Yabassi. Après une journée de corvée, la nuit de Boteng a été courte. "Je dors avec un autre prisonnier sur un morceau de carton. Il faut se retourner plusieurs fois parce que quand on dort sur un même côté pendant longtemps, le corps fait mal. Je n’avais pas assez de force pour faire ces mouvements, donc je n’ai pas vraiment  dormi", explique le détenu.  

Sur des étagères
Incarcéré à la prison principale d’Edéa, Hamidou préfèrerait des cartons aux planches, disposées en étagères, sur  lesquelles il est contraint de dormir.

Mise à jour le Lundi, 21 Mai 2012 08:13

Marafa Hamidou et Inoni Ephraïm arrêtés et écroués à Kondengui

Envoyer Imprimer PDF

La rumeur a couru tout le week-end du 14-15 avril 2012. Selon celle-ci, Marafa Hamidou Yaya, ex-ministre d’État chargé de l’Administration territoriale et de la Décentralisation et Inoni Ephraïm, ex-premier ministre, devaient se présenter devant le procureur de la république au cours de la semaine qui commence. Effectivement, le lundi 16 avril 2012, les susnommés se sont présenté devant le juge d’instruction du tribunal de grande instance du Mfoundi à Yaoundé, Pascal Magnanguemabé qui a délivré à chacun d’eux un mandat dépôt, les plaçant en détention préventive à la prison centrale de Yaoundé Kondengui.

Cette autre incarcération de deux dignitaires du régime s’effectue dans le cadre de l’ « Opération Épervier ». Elle est surtout liée à l’ « affaire Albatros », une affaire de l’achat en 2001 d’un avion présidentiel foireux ayant déjà conduit dans les geôles infectes de Kondengui, l’ex-Secrétaire général de la présidence de la République, Jean-Marie Atangana Mebara ; l’homme d’affaires Yves-Michel Fotso, ex-administrateur directeur général de la défunte Cameroon Airlines (Camair) et Otélé Essomba, directeur général adjoint de la société Aircraft Portfolio Management.

Mise à jour le Lundi, 21 Mai 2012 07:45

Femme du Cameroun: statut politique et pouvoir social

Envoyer Imprimer PDF

Au cours d’une visite officielle que son mari effectuait au Pakistan au moment où Benazir Bhutto avait son premier mandat de Premier Ministre, Mme Howe, épouse du Secrétaire d’Etat britannique aux Affaires étrangères de l’époque demanda à un  jeune Pakistanais ce qu’il aimerait faire dans la vie (1)  :
- Chauffeur de camions ! Répondit le jeune garçon avec enthousiasme.
Etonnée par son manque d’ambition, Mme Howe insista :
- N’aimerais-tu pas faire de la politique, devenir même Premier Ministre ?
- Ah non !  S’indigna le jeune homme. C’est le travail des femmes, ça !
---------------
La femme pakistanaise a donc le grand malheur d’être condamnée à des  corvées politiques aussi méprisables que celles de… Premier Ministre !
La femme camerounaise est-elle aussi victime de ce genre de malheur ?  Jouit-elle d’un statut politique et d’un pouvoir social reconnus ? Si oui, ces statut et pouvoir répondent-ils, ou correspondent-ils aux exigences de la société camerounaise actuelle? Quel serait le rapport de l’un à l’autre ? Et si d’aventure ce rapport s’avérait déficitaire, y aurait-il quelque solution à ce déficit de statut et de pouvoir de la femme dans notre société ?

Mise à jour le Jeudi, 02 Mars 2017 23:24

Affaire Vanessa Tchatchou : Le Code fait un scandale à l’Intercontinental en Suisse

Envoyer Imprimer PDF

Un cercueil qui crée la panique générale. L’affaire Vanessa en plein cœur de Genève. La garde rapprochée de Paul Biya en état de choc. La police anti-terroriste en renfort. Brice Nitcheu et Moïse Essoh  inculpés. Le récit  d’une journée folle à Genève
Les leaders des deux factions du Code, Brice Nitcheu et Moise Essoh, ont sans doute voulu marquer de façon spectaculaire la dynamique de convergence dans laquelle ils sont engagés depuis plusieurs mois. Et l’affaire Vanessa Tchatchou, la détention de l’homme politique et écrivain Enoh Meyomesse, la commémoration de la semaine des martyrs, combinés avec la présence du président Paul Biya à l’hôtel Intercontinental, ont offert une constellation favorable pour l’assaut qui a complètement paralysé pendant plus d’une heure de temps  l’hôtel Intercontinental ou séjournerait, selon le Code, Paul Biya en ce moment. Cette action du Code, appelé « Opération Mont Cameroun » a mobilisé trois corps d’élite de la police Genevoise, y compris la police anti-terroriste. Nous avons suivi, pendant deux jours et à leur demande, les traces de ces deux leaders qui donnent du fil à retordre au pouvoir. Et nous en avons eu plein les yeux.

Mise à jour le Dimanche, 13 Mai 2012 13:25

Affaire Vanessa Tchatchou : des Camerounais manifestent près de l’Ambassade du Cameroun à Paris

Envoyer Imprimer PDF

Le jeudi 16 février, dès 15h, les citoyens camerounais de France se sont retrouvés près de l’ambassade du Cameroun à Paris, sise au 73 rue d’Auteuil, pour manifester leur soutien à Vanessa Tchatchou, la jeune mère du nouveau-né volé peu après sa naissance à l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé, le 20 août 2011, et qui depuis lors a décidé d’élire domicile à la chambre N°2 de cet hôpital public pour réclamer que son bébé lui soit rendu.  
Après avoir placardé des portraits de Vanessa Tchatchou partout où il était possible de le faire, les manifestants ont interpelé les autorités camerounaises et fustigé l’arrogance, l’opacité et la désinvolture qui a jusqu’ici caractérisé la gestion de cette affaire par le gouvernement camerounais. Une attitude qui contraste avec l’indignation populaire et l’élan de solidarité observés chez les Camerounais d’"en bas" depuis la révélation de ce scandale par la presse. Les manifestants ont donc interpelé l'ambassadeur du Cameroun à plusieurs reprises et les forces de police qui encadraient la manifestation n’ont d’ailleurs pas manqué d’assurer la médiation entre les manifestants et les diplomates de l’ambassade qui n’ont cependant pas voulu recevoir le groupe de manifestants. Comme quoi, à Paris comme à Yaoundé, c’est le même combat citoyen mais aussi, en face, la même arrogance et la même condescendance.

Mise à jour le Dimanche, 13 Mai 2012 13:26

Page 5 sur 7