• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Manières de voir

Repenser la société civile

Envoyer Imprimer PDF
Pourquoi un tel titre? Pourquoi une telle préoccupation qui dans la manière dont elle est formulée traduit plus une quête que des certitudes bien assises?
La réponse qui nous viendrait naturellement à l'esprit est la suivante: la société civile est à la mode et parce qu'elle est la mode, il y a comme une fétichisation du concept. Aussi devons-nous réitérer la question proprement philosophique: qu'est-ce que la société civile? Quelle est la trajectoire du concept? Qui sont les acteurs de la société civile? Comment l'émergence de la société civile peut-elle nous informer sur les procédures en acte dans la société, sur la démocratisation de celle-ci, sur la production d'une modernité africaine? Cette société civile en construction, peut-elle aujourd'hui produire une culture citoyenne, mettre en œuvre une capacité citoyenne?
Mise à jour le Dimanche, 07 Novembre 2010 09:08

“Le pays est sous la coupe d'à peu près un demi-millier de vieillards qui s'arc-boutent et ne veulent point mourir seuls”

Envoyer Imprimer PDF

Achille Mbembe: Pour l'abolition des frontières héritées de la colonisation

"Sortir de la grande nuit - Essai sur l'Afrique décolonisée". Tel est le titre du dernier livre d'Achille Mbembe qui paraît aux Éditions La Découverte à Paris le 14 octobre. J'ai eu le privilège de lire de manière attentive cet ouvrage riche et très documenté écrit en mémoire de Frantz Fanon et Jean-Marc Éla, deux "penseurs du devenir illimité". Malgré son agenda chargé, l'auteur, actuellement en mission d'enseignement aux Usa (Duke University), a accepté de fournir des éclairages utiles qui permettent de mieux comprendre sa philosophie et sa démarche.

Mise à jour le Jeudi, 11 Novembre 2010 19:33

Emploi des jeunes : un enjeu pour les protagonistes de la présidentielle 2011

Envoyer Imprimer PDF
A l’approche de chaque consultation électorale importante au Cameroun, les Camerounais se laissent toujours distraire par des débats futiles et querelles anesthésiantes. A qui profite ces diversions peut-on se demander ? Qui a peur du débat sur les sujets qui préoccupent nos compatriotes? Ou des propositions à énoncer après un bilan négatif des uns et les critiques des autres?
L’absence de confiance dans les institutions (Elecam notamment), dans certains partis et dirigeants politiques plaident en faveur de la force des arguments pour convaincre nos compatriotes face au scepticisme d’une part et vaincre l’argument de la force qui pourrait être utilisé d’autre part.
Mise à jour le Dimanche, 07 Novembre 2010 12:23

Lettre ouverte au Premier ministre Yang Philemon

Envoyer Imprimer PDF

Que faites-vous du sort des 1000  fonctionnaires qui travaillent depuis 31 mois sans salaire?

Monsieur le Premier Ministre, chef du Gouvernement,
C’est en notre modeste qualité de citoyen d’une République que nous voulons tous considérer comme un Etat de droit que nous nous permettons de porter à votre illustre attention la situation ahurissante de ces milliers de fonctionnaires camerounais présumés coupables (contrairement au code de procédure pénale en vigueur !) de fautes diverses mais à établir, et qui depuis déjà 31 mois pour la plupart travaillent sans salaire.

Mise à jour le Vendredi, 01 Octobre 2010 11:06

Drames sanglants en perspective à Diwom Yavassi

Envoyer Imprimer PDF
La faillite du Cameroun  atteint des niveaux record qui augurent bien des inquiétudes dans le futur. En fait, l’État qui a longtemps disparu de la vie publique collective a aussi cédé sa place et son rôle de régulateur des rapports sociaux et de protecteur des citoyens à une sorte de far West des pistolero des siècles passés. Chacun fait sa loi et très souvent en utilisant la puissance publique soit directement (position dans l’Etat)  soit de façon indirecte (relations, corruption des instances publiques). Et les citoyens parfois démunis sont pris dans cette loi de la jungle sans pouvoir se défendre, faute de pouvoir en dernière instance se référer à une autorité étatique digne de confiance.C’est justement ce qui arrive aux populations de la localité de Diwom, P.K 32-35, ( sur la route de Yabassi). Le 16 août dernier, les populations de cette localité reçoivent un communiqué du chef Ngamby Martin leur annonçant le début des travaux de lotissement prévus et surtout leur demandant leur collaboration. Sur le terrain, les choses se passent différemment.
Mise à jour le Vendredi, 15 Juillet 2011 19:57

Les significations de Pius Njawe: Esquisse d’un éloge funèbre

Envoyer Imprimer PDF
Le gouverneur de la Région de l'Ouest a empêché Célestin Monga de prononcer cet éloge funèbre de Pius Njawé*
Je suis arrivé au Cameroun il y a quelques jours avec dans mon bagage à main un petit colis, pourtant le plus lourd et le plus encombrant que j’aie jamais eu à transporter de ma vie. C’était une boîte noire et rectangulaire à peine plus grande qu’une boîte de cigarettes. On me l’avait confiée à Washington. Je ne pouvais pas refuser de la prendre, et pourtant mon premier réflexe était de me tenir bien loin d’elle. L’ayant acceptée contre mon propre instinct, j’ai immédiatement mesuré son caractère à la fois faussement ordinaire et sacré. Elle semblait banale mais elle me brûlait les mains.
Mise à jour le Dimanche, 08 Août 2010 19:27

20 ans après: Où en est l’opposition camerounaise et pourquoi?

Envoyer Imprimer PDF

2011, c’est pour bientôt : vous vous en rendez compte ? Et cette échéance-là, figurez-vous, n’est pas spéciale au Cameroun par le seul fait qu’elle marque le sempiternel retour du rituel désormais lassant et fort peu démocratique chez nous de l’élection présidentielle.

Page 12 sur 12