• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Politique

Politique

L’unité de l’UPC, ou le devoir de répétition : Convergences pour la refondation de l’UPC

Envoyer PDF

Deux UPC : une UPC alliée du pouvoir et une UPC de l’opposition. C’est sur ces mots que j’ai terminé la première partie de mon article. Mon avis est que tout le monde vive. En disant cela je n’invente rien, je ne fais que m’aligner sur Ernest Ouandié qui opposait le simple bon sens au cortège de déplorations de plusieurs « UPC » : tous les groupes upécistes, disait-il en substance, finiront bien par s’entendre mais, précisait-il, s’ils sont tous sur les terrains des luttes.
J’ajoute qu’en dépit des divisions upécistes, on n’a jamais assisté à une quelconque confrontation sur la place publique entre des membres de ces « familles » upécistes. C’est donc un abus d’autorité de la part des fonctionnaires du MINATD, des sous-préfets en l’occurrence, qui invoquent l’ordre public pour interdire des congrès qui leur déplaisent et qu’ils ne voudraient pas voir tenir (c’est le genre de tracasseries que subit notre « famille » depuis notre premier Congrès sous le « Renouveau » en 1991 ! Qui dit mieux ?).

Mise à jour le Mardi, 26 Août 2014 08:31

Alerte : un coup d’État constitutionnel en préparation

Envoyer Imprimer PDF

À propos du projet de création du poste de Vice –président lors de la session parlementaire de mars prochain
Lors de son discours à la nation du 31 décembre 2013, le président de la République a fait aveu d’impuissance face à l’immensité des défis de la nation et évoqué la nécessité d’un plan d’urgence. Près de deux mois après, rien dans l’action au sommet de l’Etat ne laisse penser qu’il y a vraiment urgence à agir. S’il est vrai que dans le sérail l’on a été tétanisé par cette lapalissade dans les premières semaines, force est de constater que le pouvoir tente de reprendre l’initiative sur son terrain favori, la politique politicienne. Terrifié par l’ampleur du désastre social et économique, fruit de trois décennies de mensonges, le régime tente désespérément de fuir le terrain des questions telles : l’accès à l’eau potable, à l’électricité, aux soins de santé de base, la crédibilité et l’efficience du système scolaire et universitaire, le chômage endémique, la démobilisation avérée de l’administration, la corruption systémique, les détournements compulsifs des deniers publics, la piètre qualité des travaux publics, l’ouverture des perspectives d’avenir pour la jeunesse, la prise en charge des personnes du troisième âge, l’industrialisation du pays, le défi de l’innovation, l’attractivité du pays pour les investisseurs nationaux et étrangers, la défiance de la population vis-à-vis de la justice, la pandémie de l’insécurité, la gestion rigoureuse et transparente des finances publiques, l’imbroglio de la nationalité à géométrie variable, l’effondrement du prestige du pays au plan international, etc.

Mise à jour le Jeudi, 22 Mai 2014 07:10

Propositions pour un vrai redressement de l’UPC

Envoyer Imprimer PDF

(1).- La reconquête par l’UPC de plusieurs mairies dans le Département du Nyong-et-Kellé, et son retour à l’Assemblée nationale avec trois Députés, apparaissent comme une des données marquantes du double scrutin du 30 septembre 2013 au Cameroun.

(2).- face à ce résultat positif, nous saluons et remercions les populations du Nyong-et-Kellé qui ont émis un vote sanction exemplaire contre le parti néocolonial, et réhabilité le grand parti nationaliste de Ruben Um Nyobe , Félix Roland Moumie ,Ernest Ouandie , Kingue Abel et de tous les héros et martyrs de la libération nationale : l’Union des Populations du Cameroun (UPC), Âme immortelle du Peuple Kamerunais.

(3).- nul doute que dans le climat actuel de ras-le-bol de notre peuple martyr et affamé contre le parti au pouvoir englué dans la super- corruption, l’impéritie , les sectes maléfiques et leurs crimes rituels, et dans sa grande politique des grands slogans creux, l’UPC aurait pu enregistrer un plus large succès, bien au-delà du Nyong-et-Kellé et du pays bassa’a, si elle avait pu maîtriser ses désordres internes et ses divisions.

Mise à jour le Jeudi, 22 Mai 2014 07:08

Ceux qui ont dit «non»: De la renaissance de Paul Biya à la deuxième mort d'Ahmadou Ahidjo

Envoyer Imprimer PDF

 

Insensible à la critique, au ridicule et au déshonneur, la fille d'Ahmadou Ahidjo, l'ancien président camerounais, dont il ne reste pas un seul atome de poussière au Cameroun, cette fille donc, touchée par la grâce d'une révélation tardive, prêche désormais la bonne nouvelle du Rdpc (catalyseur de toute la corruption possible au Cameroun, comme le prouvent tous leurs prisonniers célèbres).
Insensible à la critique, au ridicule et au déshonneur, la fille d'Ahmadou Ahidjo, l'ancien président camerounais, dont il ne reste pas un seul atome de poussière au Cameroun, cette fille donc, touchée par la grâce d'une révélation tardive, prêche désormais la bonne nouvelle du Rdpc (catalyseur de toute la corruption possible au Cameroun, comme le prouvent tous leurs prisonniers célèbres).

Quel (s) sens donner aux votes des Camerounais lors du double scrutin du 30 septembre 2103 ?

Envoyer Imprimer PDF

« Aucun Camerounais n’a, toute sa vie, participé dans son pays à des élections libres, compétitives, et sans trucages ni tripotages. L’institution électorale a été dévoyée dès le principe. Elle a toujours été une démonstration de force de la part du pouvoir, un rituel de soumission et d’allégeance au chef incontesté. » Fabien Eboussi Boulaga, Lignes de résistance, Yaoundé, Clé, 1998, p.51.
À l’occasion de la 31e édition de La Grande Palabre, le groupe Samory, éditeur de Germinal et ses partenaires (Harmattan Cameroon, La Fondation Gabriel Péri, Dynamique citoyenne, le quotidien Le Messager, Radio Cheikh Anta Diop, Addec et Human Rights Initiatives (HRI)), invitent le public à prendre part à la réflexion (conférence-débat) qu’ils organisent à Yaoundé, le jeudi 31 octobre 2013, l’hôtel Franco, sis en face du collège Matamfen, à 14h sur le thème:
Quel (s) sens donner aux votes des Camerounais lors du double scrutin du 30 septembre 2103 ?

Maurice Kamto: "Au cours du double scrutin du 30 septembre 2013, nous avons assisté à l'expression même de la barbarie électorale"

Envoyer Imprimer PDF

Militantes et militants du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, Sympathisants du MRC,
Mes chers compatriotes,
Le 30 septembre 2013 a eu lieu dans notre pays, le double scrutin des législatives et des municipales.
Comme vous le savez, le Mouvement pour la Renaissance du Cameroun était en compétition dans 5 des 10 Régions du pays, en l’occurrence dans le Centre, l’Est, le Littoral, le Nord-Ouest et l’Ouest. Notre parti était en course dans 7 circonscriptions pour les législatives, à savoir : les Bamboutos, les Hauts- Plateaux, le Koung-Khi, le Mfoundi, la Mifi, le Wouri-Centre et le Wouri-Est ; et dans 17 circonscriptions pour les municipales, à savoir : Baham, Bafang, Bafoussam Ier, Bamenda III, Bamendjou, Deuk, Douala Ier, Douala III, Douala IV, Douala V, Fonfuka, Monatélé, Yaoundé Ier, Yaoundé II, Yaoundé III, Yaoundé VII, et Yokadouma.
Les résultats officiels de ces élections sont maintenant connus. Mais si ces résultats sont désormais irréversibles en ce qui concerne les législatives, les résultats définitifs des municipales sont encore attendus ; ils ne seront connus qu’à l’issue du contentieux engagé par plusieurs partis politiques, dont le MRC, devant la Chambre administrative de la Cour suprême.

Mise à jour le Lundi, 24 Mars 2014 06:34

Un double enjeu pour un double scrutin. leurs conséquences collatérales !!!

Envoyer Imprimer PDF

Les lampions viennent de s’éteindre sur le double scrutin législatif et municipal du 30 Septembre. Place désormais aux résultats et à leur analyse. (1)
Avec un taux de participation qui flirte les 75 %, ce double scrutin aura réveillé la population et les acteurs politiques avec un double enjeu dont les conséquences visibles n’apparaissent que timidement pour l’heure.

Une crédibilisation du processus électoral et de l’organe en charge de superviser celui-ci, Elecam
L’un des enjeux de ce double scrutin résidait dans la conduite impartiale du processus électoral par l’organe en charge de celui-ci ELecam d’une part et la transparence des opérations d’autre part. (2)
Lesté par un péché originel, celui de l’appartenance de la majorité de ses membres au parti au pouvoir, le RDPC,  un fichier électoral obsolète, ajouté à son inexpérience et la conduite insatisfaisante de la dernière élection présidentielle de 2011, Elecam ne partait pas, dans ce qui pouvait être considérée comme la « Mère de toutes ses batailles » avec des atouts pour atteindre des résultats à la hauteur de l’espoir placé en lui aussi bien par les Camerounais que les observateurs internationaux.
Dans l’ensemble les élections semblent avoir été conduites dans le calme, la sérénité. Tout le monde s’accorde à dire que l’organe, qui expérimentait pour la première fois la biométrie, a réalisé de nombreux progrès. Mais ceux-ci ont-ils gommé les irrégularités les plus criardes ?

Mise à jour le Lundi, 04 Novembre 2013 17:49

Page 4 sur 14