• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Notre opinion

Notre opinion

Espoirs et désillusions sous le Renouveau

Envoyer Imprimer PDF
“ Comment peut-on être Persan ?” Fictive et satirique, cette interrogation que le baron de Montesquieu avait prêtée à ses contemporains avait sûrement, comme le souligne Melchior Mbonimpa (1996 :15), « une certaine vraisemblance dans le contexte où être chrétien relevait d’un fait sans démenti. La question en cache une autre : comment peut-on ne pas être chrétien ». Cette question posée par l’auteur de L’Esprit des lois était finalement devenue une interrogation par excellence sur l’identité nationale. En pastichant l’auteur de Les lettres persanes, on peut se demander comment peut-on être Camerounais. 
Mise à jour le Samedi, 18 Septembre 2010 10:38

René Emmanuel Sadi: La réalité dépasse l'affliction

Envoyer Imprimer PDF
Après avoir réussi à couper le monarque présidentiel de son peuple, les thuriféraires hypocrites de Sa Majesté Paul Biya  se sont lancés dans des opérations de dénégation tous azimuts.  Tout en lorgnant le trône présidentiel, (presque) tous ont fait leur cette déclaration de Jacques Fame Ndongo tenue, le 07 avril 2010, au cours de la deuxième réunion régionale des populations du Sud en vue de la préparation du Comice agropastorale d'Ebolowa : " Nous sommes tous des créatures ou des créations du président Paul Biya, c'est à lui que doit revenir toute la gloire dans tout ce que nous faisons. Personne d'entre nous n'est important, nous ne sommes que ses serviteurs, mieux, ses esclaves "
Fame Ndongo, professeur es intrigues, a raison, puisqu'il fait partie de la race des politiciens fabriqués de toutes pièces par le Prince.

Notre Issa Tchiroma Bakary qui est odieux

Envoyer Imprimer PDF
Le décor était planté le 30 juillet dernier. On dirait un préau aménagé pour la représentation, de Tartuffe ou L’imposteur, Les Fourberies de Scapin ou Les Précieuses ridicules de Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière. Un metteur en scène : Alain Belibi ( de la Crtv),  qui présente à Issa Tchiroma Bakary, ministre de la Communication et personnage principal, les différents acteurs : Joly Koum de Canal 2 international, Polycarpe Essomba de Équinoxe Tv, Thiérry Ngongang de Stv; des spectateurs : quelques cadres et agents du ministère de la Communication restés abasourdis et figés tout au long de la comédie burlesque ;
Mise à jour le Dimanche, 08 Août 2010 16:01

Notre Issa Tchiroma Bakary qui est odieux

Envoyer Imprimer PDF

Notre Issa Tchiroma Bakary qui est odieux

Le décor était planté le 30 juillet dernier. On dirait un préau aménagé pour la représentation, de Tartuffe ou L’imposteur, Les Fourberies de Scapin ou Les Précieuses ridicules de Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière. Un metteur en scène : Alain Belibi ( de la Crtv),  qui présente à Issa Tchiroma Bakary, ministre de la Communication et personnage principal, les différents acteurs : Joly Koum de Canal 2 international, Polycarpe Essomba de Équinoxe Tv, Thiérry Ngongang de Stv; des spectateurs : quelques cadres et agents du ministère de la Communication restés abasourdis et figés tout au long de la comédie burlesque ;

Cinquantenaires de toutes les confusions

Envoyer Imprimer PDF
Les 13 et 14 juillet 2010, M. Nicolas Sarkozy, président de la France, a reçu à sa table et sur les Champs-Élysées à Paris, les chefs d’État des anciennes colonies françaises d’Afrique, dont les armées ont pris part au défilé de ce jour, dans le cadre de la célébration du cinquantième anniversaire de leurs indépendances. Un véritable festival d’amalgames, de confusions, de jeux de passe-passe, d’ hypocrisies, de mensonges…

Paul Biya : responsable de l’inefficacité, de l’inertie et de la cacophonie gouvernementales

Envoyer Imprimer PDF

Le 30 juin 2010, Yang Philemon venait de passer 365 jours à la tête du gouvernement formé le 30 juin 2009. Des organes de presse paraissant au Cameroun  ont saisi cette occasion pour scruter et évaluer ses actions depuis son entrée en fonction. Ils ont fondé leurs évaluations sur les orientations données par le président de la République lors du dernier conseil des ministres tenu le 03 juillet 2009. S’adressant à ses ministres, le président de la République avait assigné des missions précises au nouveau gouvernement. « Il s’agit, avait-il dit, à travers la politique des Grandes ambitions » définie au début du septennat, d’assurer le développement économique de notre pays et d’améliorer les conditions de vie des populations ».

Page 6 sur 6