• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Société

Société

Catastrophe ferroviaire : Dynamique Citoyenne dénonce l’absence de Paul Biya à Eséka

Envoyer Imprimer PDF

Le vendredi 21 octobre 2016, quelques heures après l’effondrement de la chaussée sur l’axe routier reliant Yaoundé la capitale politique à Douala, la capitale économique (l’axe lourd Yaoundé - Douala), le Cameroun a été le théâtre d'un épouvantable accident ferroviaire (déraillement du train inter-city) dans la localité d’Eséka, le plus meurtrier de son histoire. Deux catastrophes successives d’une rare gravité qui feront date dans l’histoire du Cameroun de ces cinquante dernières années.
Tout en manifestant sa solidarité à l'endroit des familles durement éprouvées, de toutes celles et tous ceux qui ont subi des traumatismes divers, et à l’endroit des centaines de blessés dont le sort est préoccupant eu égard à l’état du système camerounais de santé et à la mauvaise presse qui caractérise les formations hospitalières publiques, Dynamique Citoyenne, Réseau de Suivi Indépendant des Politiques Publiques et des Stratégies de Coopération, se joint à l’ensemble des citoyens camerounais pour déplorer la perte de plusieurs dizaines de compatriotes et de ressortissants étrangers victimes de l’irresponsabilité et de l’inertie d’un régime qui, au-delà des apparences et de

Mise à jour le Jeudi, 02 Mars 2017 23:10

« Monsieur le Président, la dignité du Cameroun exige que vous alliez à Eséka »

Envoyer Imprimer PDF

Monsieur le Président de la République,
C’est au cœur de l’une des périodes les plus tragiques et les plus sombres de l’histoire récente de notre pays que je m’adresse à vous. Les images insoutenables de l’accident ferroviaire survenu le 21 octobre au matin à Eséka, sur la ligne Yaoundé-Douala desservie par Camrail, ont profondément bouleversé tous les Camerounais. Elles continueront longtemps de les hanter.
Ces 79 morts, innocents privés de leur destin et arrachés à leurs proches – mais n’y a-t-il pas eu davantage de victimes qu’on ne veut bien nous le dire ? –, ces centaines de blessés qui tentent aujourd’hui de s’accrocher à la vie dans les conditions sanitaires les plus précaires, sont d’autant plus insupportables à nos compatriotes que ce drame aurait pu être évité. Si l’émotion de la nation est aujourd’hui si forte, c’est parce qu’elle mêle la douleur et la colère.
Lorsque ce tragique événement s’est produit, Monsieur le Président, vous ne vous trouviez pas au Cameroun. C’est donc plus de 48 heures après les faits que vous vous êtes enfin exprimé

Mise à jour le Jeudi, 02 Mars 2017 23:23

Catastrophe ferroviaire d'Eseka: comment Paul Biya , le président camerounais a été extirpé de la Suisse

Envoyer Imprimer PDF

 lorsque l'Élysée informée Vendredi après-midi, il était 16:04.44, de l'effondrement dans la localité de Manyai ( arrondissement de Matomb , 68 km de la de Yaoundé, capitale politique du Cameroun ) du pont reliant les villes de Yaoundé et de Douala, respectivement capitale politique et économique , par des agents de la DGSE ( émanation du SEDEC ) le contre-espionnage français . Le Quai d'Orsay avisé, Jean-Marc Ayrault, le patron de la diplomatie française prend presto illico contact avec son prédécesseur, Laurent Fabius parti au Conseil constitutionnel, qui active instamment ses réseaux en Afrique.
Seulement, lorsque l'ancien locataire du Quai d'Orsay est rappelé par France Yvon Omnes, ancien ambassadeur de France au Cameroun de 1984 à 1993, et qui au moment de faire valoir ses droits à la retraite, a juste plié armes et bagages pour s'installer au palais d'Etoudi où il officie comme tout -puissant conseiller spécial, et de facto président bis du Cameroun, pas moins d'un quart d'heure s'est écoulé, et une autre catastrophe autrement plus grave a entretemps succédé à la première.

Mise à jour le Jeudi, 02 Mars 2017 23:10

Case IH présente en avant-première un véhicule conceptuel au Farm Progress Show

Envoyer Imprimer PDF

Ce tracteur autonome donne une idée de ce que sera l'agriculture de précision du futur
Case IH a dévoilé aujourd'hui un concept de véhicule autonome au Farm Progress Show de Boone dans l'Iowa. Il s'agit d'un concept-tracteur Case IH, sans cabine, pensé pour les cultures en rangs, qui est en mesure de fonctionner de manière autonome avec une vaste gamme d'outils.
« Dans de nombreux endroits du monde, trouver de la main d'œuvre qualifiée pendant les périodes de pointe est un défi permanent pour nos clients », a expliqué le Brand President de Case IH Andreas Klauser. « Si nous proposons aujourd'hui des solutions de guidage automatique et de télématique sur notre équipement pour la gestion à distance des machines agricoles et du personnel, ce concept de tracteur autonome montre comment nos clients et leurs salariés pourraient directement surveiller et piloter à distance leurs machines. Cette technologie permettra à nos clients d'atteindre des niveaux d'efficacité opérationnelle supérieurs pour des tâches telles que la préparation du sol, la plantation, la pulvérisation ou encore la récolte ».
A. Klauser a expliqué que ce concept était né de la volonté de valider cette technologie,

Mise à jour le Jeudi, 02 Mars 2017 23:05

Nouveau Code pénal: quand le parlement adopte le Code de la discorde

Envoyer Imprimer PDF

Malgré l’adoption par le Parlement constitué des députés et sénateurs de la majorité obèse du RDPC, et la révision de l'article 127 du projet de code pénal déposé par le gouvernement, les critiques sont restées véhémentes.
Le rapporteur de la Commission des lois constitutionnelles, des droits de l’homme et des libertés, de la Justice, du règlement et de l’Administration n’a pas du tout convaincu tous les députés à l’Assemblée nationale, lors de la session présidée par Cavaye Yeguié Djibril, le mercredi 22 juin 2016.  C’était en présence de Laurent Esso, ministre de la Justice, Garde des Sceaux, qui est restée toute la journée à l’hémicycle. Dans une atmosphère surchauffée, tous les 370 articles ont été adoptés. Et ce malgré de vives protestations des députés de l’opposition et même certains parmi les députés du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) tel que Martin Oyono qui ont ferraillé contre « la mascarade du gouvernement » qui, d’après eux, accroitra la population carcérale et entravera le principe de la bonne gouvernance. C’est logiquement que les députés de l’opposition,

Mise à jour le Jeudi, 02 Mars 2017 23:04

La Cour Suprême va-t-elle se déjuger et confirmer une erreur de droit manifeste?

Envoyer Imprimer PDF

altDéclaration de l’ex-ministre de la Santé publique devant la Cour Suprême du Cameroun

Monsieur le 1er Président,
Honorables membres de la Haute Cour,
En vous remerciant sans attendre de l’honneur que vous me faites de prendre la parole devant votre auguste juridiction, permettez-moi de saisir le privilège de cette prise de parole pour vous féliciter sincèrement pour votre promotion au sommet de la hiérarchie judiciaire du Cameroun, en même temps que je tiens à présenter respectueusement mes civilités républicaines à l’ensemble des membres de la Haute Cour.

Votre Honneur, Distingués Hauts Magistrats,
A la suite de mes avocats, dont les pertinentes et brillantes observations viennent d’apporter plus de lumière au débat, je voudrais personnellement, en tant que victime d’une machination politico-judiciaire, oser quelques remarques et questionnements dans l’espoir que la vérité et le droit finissent par triompher.
Comment pourrais-je d’ailleurs renoncer au combat pour la vérité et la justice devant la Haute Cour, sachant que ses charges statutaires et sa mission clé de régulation du système judiciaire lui confèrent le devoir le plus élevé de veiller à la bonne application de la loi ?

Mise à jour le Jeudi, 02 Mars 2017 23:12

Penser au Cameroun en 2015 est re-devenu un délit

Envoyer Imprimer PDF

altConformément aux dispositions de la loi 90/055 du 19 décembre 1990 portant sur les réunions et manifestations publiques au Cameroun, et agissant en notre qualité de président de Human Rights Initiatives (HRI), nous avons déposé, le 13 avril 2015, dans les services du sous-préfet de l’arrondissement V, une déclaration de réunion publique en vue de l’organisation, à l’hôtel Jouvence 2000, d’une conférence-débat dénommée La Grande Palabre.
Cette conférence-débat avait pour thème : Participation des étudiants à la promotion de la bonne gouvernance au sein du système universitaire public au Cameroun. L’objectif était de montrer que l’implication des Étudiants dans la gouvernance universitaire peut être un atout pour l’émergence du Cameroun. Quatre intervenants, qui avaient déjà marqué leur accord, étaient conviés à entretenir l’auditoire sur les sujets en rapport avec le thème de la conférence.

Mise à jour le Jeudi, 02 Mars 2017 23:23

Page 1 sur 7

  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  3 
  •  4 
  •  5 
  •  6 
  •  7 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »