• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Livres

Livres

Société civile et engagement politique au Cameroun

Envoyer Imprimer PDF

altYaoundé, le 21 janvier 2016


       Le point focal de La Grande Palabre
       A
       Madame/Monsieur


Madame/Monsieur,
Dans le cadre de la reprise de ses activités dans la région du Centre, le groupe Samory, éditeur de Germinal, les Éditions Samory  et ses partenaires vous invitent, le 28 janvier 2016, à prendre personnellement part à la Conférence-Dédicace qu’ils organisent à l’hôtel Somatel (Montée Aurore) à Yaoundé, de 14h à 18h.
Autour de l’ouvrage de La Grande Palabre : Société civile et engagement politique au Cameroun. Enquêtes, analyses, enjeux et perspectives.
Avec :
Joseph Owona Ntsama : Note de lecture
Jean-Bosco Talla, Coordonnateur de l’étude et éditeur
Mathias Éric Owona Nguini, coordonnateur de l’étude : Comment trouver un compromis et un large consensus entre acteurs sociaux ?
Cabral Libii, contributeur : Les organisations des jeunes et l’ordre politique au Cameroun.

Mise à jour le Mercredi, 24 Février 2016 09:01

Société civile et engagement politique au Cameroun

Envoyer Imprimer PDF

altLes activités et actions des organisations de la société civile camerounaise (OSCC) participent-elles d’un engagement politique ? Indubitablement. Pourtant, à l’observation, certaines parmi celles-ci affichent avec ostentation un apolitisme problématique. Ce parti pris qui semble peu productif et réifié peut-il être stratégiquement fondé? Ces organisations qui se proclament politiquement neutres parce que n’étant rattachées à aucun parti politique refusent, en tout cas, toute interprétation politique de leurs pensées, de leurs conduites et démarches.

Mise à jour le Mardi, 21 Juin 2016 10:40

Repenser et reconstruire l'opposition camerounaise

Envoyer Imprimer PDF

Questions sur la quête de sens et la subjectivation politique
  La démocratie présuppose aussi discussions et débats publics, délibérations, liberté d’expression et d’opinion, liberté d’association et de manifestation, libre circulation des idées. S’il est vrai que le multipartisme est l’un des baromètres fondamentaux d’une démocratie, il n’en demeure pas moins vrai que celui-ci ne peut véritablement porter les vertus de liberté, de démocratie et d’alternance que si les formations politiques - 292 légalisées au Cameroun - participent de manière efficiente et sans entraves à l’animation du jeu politique.
Nul ne peut nier les contraintes auxquelles font face les formations politiques de l’opposition. Il est aussi évident que les autorités publiques camerounaises, dans l’optique de conserver leur souveraineté et leur liberté d’action sur l’institutionnalisation et à la consolidation de la démocratie au Cameroun et en dépit des pressions multiformes, n’hésitent pas à leur tendre des embûches.

Résultats des courses : leurs insuccès multiples aux différentes consultations électorales marquées par les mêmes tares et avatars, les mêmes récriminations et contestations, les mêmes contingences, les mêmes sonorités dissonantes au sein de différentes composantes sociopolitiques nationales en raison notamment des distorsions et des dysfonctionnements multiples.

Mise à jour le Lundi, 18 Août 2014 07:19

L'impératif des alliances en démocratie

Envoyer Imprimer PDF

Marches, boycotts, meetings, pétitions, communiqués et conférences de presse, villes mortes, pays mort et désobéissance civile…dans la plupart des États d’Afrique subsaharienne, principalement dans les pays d’Afrique centrale, l’opposition et les forces progressistes ont tout essayé. Sans succès, c’est-à-dire sans arriver à inverser le rapport de force leur permettant d’accéder au pouvoir. Les raisons de ses échecs récurrents sont multiples : fraudes électorales organisées par les régimes en place, organisation d’élections par une administration partisane, environnements politiques contraignants,  querelles de personnes, divisions des partis politiques et des opposants, mesquineries entre leaders, etc. Elles entraînent des conséquences qui contribuent le plus souvent à perpétuer les régimes en place que tous les opposants  prétendent combattre. Entre autres :

- la dispersion des votes de leurs membres et sympathisants au moment des consultations électorales ;
- le découragement des électeurs qui ne respectent plus les consignes de vote et n’écoutent plus les leaders qui à leurs yeux ne sont plus que de simples parleurs. De sorte que l’on constate une baisse significative du taux de participation électorale depuis quelque temps dans plusieurs pays.

Mise à jour le Vendredi, 09 Mai 2014 11:37

Mémoires des années de braise

Envoyer Imprimer PDF
Vient de paraître aux Editions Terroirs
Mémoires des années de braise. La grève estudiantine de 1991 expliquée*

Les bonnes feuilles
Introduction: A partir des tribulations de Lapiro de Mbanga
Au moment où j’écris la présente introduction, Lapiro de Mbanga(1) croupit dans les geôles de Mbanga ou de Nkongsamba, ou peut-être de Douala. Lapiro de Mbanga a rencontré son destin au cours des émeutes de la faim(2) qui ont mis le pouvoir irresponsable de Yaoundé dos au mur. Les émeutes de la faim ont provoqué une sortie digne des sombres heures du parti unique, sortie au cours de laquelle monsieur Paul Biya eut recours à l’injure, forme de communication qui semble marquer son règne, pour caractériser le ras de-bol d’un peuple vampirisé à bout par l’extorsion fiscale. Le point d’achèvement a failli venir à bout de tous les Camerounais et Camerounaises. Après cette sortie infamante, monsieur Biya devait se rendre aux arguments de la colère populaire : réduction du prix de l’essence, réduction des droits de douane sur les produits de première nécessité. Le peuple camerounais venait de remporter une autre victoire spectaculaire sur le «vieux totem imaginaire du parti unique»(3). Lapiro de Mbanga fut peut-être le bouc émissaire désigné pour conjurer l’humiliation provoquée par cette reddition du pouvoir.
En effet, il fallait trouver des coupables, ces « apprentis sorciers »(4) désignés par la rhétorique présidentielle à la vindicte des polices proliférantes de l’État policier.

Mise à jour le Lundi, 24 Mars 2014 07:26

L’engagement socio-historico-politique de Ferdinand Leopold Oyono revisité au prisme de son œuvre romanesque

Envoyer Imprimer PDF

Hilaire sikounmo, l’auteur de cette démarche, a trouvé à son dernier essai de critique littéraire(1) un titre a priori ambigu, à la Cheikh Hamidou Kane(2); ou tout simplement dialectique, assez convenable pour pouvoir servir comme sujet de dissertation classique, avec sa fameuse problématique-thèse-antithèse-synthèse. Du Défaitisme dans l’œuvre de Ferdinand Oyono : tare ou philosophie ?  
Réalité ou fiction, de la part du nouvelliste camerounais ? Est-il, au bout du compte, question d’une ruse de guerre psycho-diplomatique dans son engagement littéraire de jeune étudiant en situation de colonisé contre les outrances assassines de l’entreprise coloniale française, l’une des plus indécrottables qui soient au monde – à travers le temps et l’espace ?

Mise à jour le Mercredi, 24 Octobre 2012 06:49

Cameroun : L’opposition en panne. Autopsie critique et propositions de relance

Envoyer Imprimer PDF

Quand j’avais reçu dans ma boite électronique l’annonce de la parution de cet ouvrage, j’avais immédiatement sauté sur mon téléphone pour joindre le directeur des éditions Lupeppo qui m’avait déjà fait parvenir des ouvrages qu’il  édite. J’étais d’autant enthousiaste que nous étions en train de préparer une Grande Palabre spéciale (colloque) sur l’opposition camerounaise, colloque qui se tiendra les 7, 8 et 9 novembre 2012 ici même au Djeuga hôtel sur le thème Re-penser et re-construire l’opposition camerounaise. Cela veut dire que nos préoccupations se rejoignaient. Et si nous estimons que l’opposition camerounaise doit être re-construite, nous affirmons que le contexte dans lequel elle évolue est celui d’un champ de ruine  et qu’elle se trouve au milieu des gravats, c'est-à-dire que l’opposition camerounaise est en panne, pour parler comme Ahmadou Sehou. Sans nous concerter, sans même savoir que Ahmadou Sehou était sur un projet, nous nous rejoignions donc pour faire ce même constat poignant.

Mise à jour le Mercredi, 24 Octobre 2012 06:57

Page 1 sur 3

  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  3 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »