• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Manières de voir

Le monde à l’épreuve de Coronavirus

Envoyer Imprimer PDF

Ce qui répand la terreur, l’horreur et la mort à travers le monde, depuis un certain temps, est, afin que nul ne l’oublie, un agent infectieux tout à fait microscopique, mais dont la puissance destructrice nous rappelle non seulement notre extrême vulnérabilité et notre implacable mortalité, mais aussi la vanité de notre anthropocentrisme. Sous prétexte que Dieu nous a créés à son image et nous a, par conséquent, donné procuration dans l’ordre de la domination du monde[1], nous nous figurons qu’en nous autorisant à étendre notre règne même sur nos propres semblables, notre agir sera toujours conforme à la volonté de notre créateur. La volonté de Dieu est, croyons-nous, toujours dans ses actes lorsque nous régnons terriblement et exploitons cyniquement les autres, massacrons poulets, canards, dindes, chèvres, porcs, moutons, lapins, serpents, pangolins, bœufs, chauves-souris, etc., pour le contentement de nos insatiables appétits gastronomiques. À notre grande surprise, nous constatons que ce sont souvent des agents microscopiques infectieux appelés virus qui se déterminent habituellement à soumettre notre volonté de domination du monde à la sanction d’un doute

Mise à jour le Vendredi, 22 Mai 2020 10:50

Emmanuel Macron et son désir de puissance

Envoyer Imprimer PDF

Le désir de puissance de Monsieur Emmanuel Macron ne se lit pas seulement à travers le fait qu’il aime à parler à la première personne du singulier. Ce fait qui est certes négligeable dans le contexte qui est le nôtre, celui de libéralisation tous azimuts du logos, est quand même préoccupant en soi : la situation autolâtrique du moi à travers la mise en inflation verbale de sa singularité dans une République est un précieux indicateur de son désir de puissance. Un tel désir est si hégémonique chez Monsieur Macron qu’il le motive à se montrer fort transgressif par rapport à toutes les convenances politiques et diplomatiques en vigueur dans les relations internationales. En avouant, avec toute l’arrogance de Jupiter, que c’est lui qui est le vecteur politique directeur du Cameroun et, par voie de conséquence, de toute l’Afrique francophone, Monsieur Macron qui a pourtant affirmé le 17 février 2017 à Alger que « la colonisation est un crime contre l’humanité », fait curieusement provision de la Françafrique. C’est à travers cette odieuse politique

Mise à jour le Jeudi, 21 Mai 2020 09:38

Que peut bien signifier l’assassinat d’un enseignant par un sicaire au lycée de Nkolbisson de Yaoundé ?

Envoyer Imprimer PDF

Celte interrogation n’est pas seulement subordonnée à la quête du sens de ce genre d'horreur qu’on peut certes imaginer aisément dans l’univers zoologique, mais qui est d’autant plus révoltant qu’il se produit dans un cadre régi par ces normes publiques de référence qui font toute la différence : si l’humain s’affirme comme distinct du zoologique, c’est non seulement parce qu’il est encadré par des artifices qu’il s’est librement imposé, mais aussi compte tenu du fait qu’il peut s’émouvoir et s’indigner de la mise à mort symbolique ou réelle de son semblable, de son aînée ou de son maître. Pour nous, ce qui s’est malheureusement produit au lycée de Nkolbisson de Yaoundé relève d’une double tragédie
1- l’humanité d’un homme a été sauvagement niée par un sicaire ;
2-Cet homme était un maitre du savoir brutalement arraché à la vie et définitivement soustrait à sa très noble activité professionnelle (c’était un ECI, c’est-à-dire un Enseignant en Cours de Recrutement) par l’un de ses élèves au moyen d’un poignard, un instrument aussi grossier que cruel.
L’instrumentalisation d’un poignard

Grand Dialogue national : ces recommandations qui ouvrent sans doute la boîte de Pandore

Envoyer Imprimer PDF

Grand Dialogue national : ces recommandations qui ouvrent sans doute la boîte de Pandore
Plus de 4 jours après la fin du Grand Dialogue National, le texte des recommandations qui en sont issues n’est toujours pas disponible sur le site du maître d’œuvre, le Premier Ministère, ni sur celui du maître d’ouvrage, la Présidence de la République. Les Camerounais sont donc encore réduits à se contenter d’extraits publiés dans les grands médias, ou alors de versions apocryphes qui circulent sur tous genres de supports internet. Pour un événement qui a bénéficié d’une aussi grande puissance communicationnelle, ce compte rendu en mode mineur est pour le moins curieux. Le dialogue en lui-même était-il plus important que les conclusions que l’on en attendait ? Et parce que la crise anglophone, elle, au lendemain de ce grand rassemblement, est toujours là et nous interpelle plus que jamais, il nous faut bien retrouver ces recommandations et voir en quoi elles peuvent, appliquées, permettre de la résoudre. L’extrait de celles-ci, le plus lu et sans doute le plus commenté à ce jour, est tiré de la recommandation de la névralgique commission de la décentralisation,

Mise à jour le Dimanche, 24 Novembre 2019 09:58

Régner sans gouverner ou le pouvoir des zombies

Envoyer Imprimer PDF

Régner sans gouverner ou le pouvoir des zombies
Lorsqu’en novembre 1982, Ahmadou Ahidjo démissionne de la Présidence de la République Unie du Cameroun et cède le siège à son successeur constitutionnel qui deviendra un peu plus tard le chantre du Renouveau, c’est avec enchantement que le peuple Camerounais, dans son immense majorité, accueille le nouvel élu. Du fait de l’impitoyable système répressif qu’il avait mis sur pied pour asseoir son pouvoir illégitime reçu de ses maîtres, Ahidjo était perçu, malgré ses relatifs succès dans la gestion économique du pays, comme un tyran sanguinaire dont le départ ne pouvait qu’être célébré avec allégresse. Malgré les quelques années de recul, on avait par exemple encore frais à l’esprit les iniques procès Ouandié-Ndongmo et la barbare exécution publique d’Ernest Ouandié et ses compagnons sur la place publique à Bafoussam le 15 janvier 1971. Contrairement à son prédécesseur, l’inventeur du Renouveau camerounais est un lettré qui présentait toutes les apparences d’un homme politique plutôt moderne, bien que sorti de l’École Nationale de la France d’Outre-Mer (ENFOM) de Paris, un moule dont la mission était de façonner les administrateurs des colonies.

Mise à jour le Mercredi, 09 Octobre 2019 09:27

Des ruses politiques au gangstérisme du pouvoir

Envoyer Imprimer PDF

Des ruses politiques au gangstérisme du pouvoir
Avec la quasi désintégration politique du Cameroun, le marasme socio-économique ambiant et l’amoralité instituée, il est difficile, pour qui a connu le régime immédiatement postcolonial de ne pas faire de comparaison entre hier et aujourd’hui. Pendant près de vingt-cinq ans, de 1958 à 1982, le premier président de la République du Cameroun nous en fit voir de toutes les couleurs. Il avait institué un régime d’exception qui lui donnait, pour ainsi dire, droit de vie et de mort sur quiconque osait résister à la camisole de force qu’il avait taillée pour les quelques six millions de Camerounais de l’époque. Le régime était une féodalité, conforme à la vision de l’homme qui l’incarnait. Mongo Beti, encore lui, donne de celui qu’il appelle un « un innocent aux mains pleines » un portrait intellectuel qui peut expliquer l’essentiel de son comportement : « Une instruction un peu approfondie eût sans doute permis à notre homme d’éventer le piège qui allait le transformer en une machine à assassiner les meilleurs enfants du Cameroun. Sans être exactement ce qu’on

Mise à jour le Jeudi, 03 Octobre 2019 13:33

La tentation monarchique au Cameroun

Envoyer Imprimer PDF

Dans son numéro du 17 février 2019, le magazine Jeune Afrique, hebdomadaire africain édité à Paris, a publié une information qui se murmurait depuis des lustres dans nombre de chaumières au Cameroun, à savoir la transmission de gré à gré, dans le cadre d’une coterie ethnique et familiale du pouvoir au sommet de l’État. Le tollé soulevé par cette « révélation » dans les médias d’État et ses nombreux affidés montre à quel point le dossier du journal de Béchir Ben Yahmed était pertinent et trahissait un secret qu’on croyait bien gardé.
À vrai dire, Jeune Afrique dévoilait une construction qui s’observe depuis belle lurette puisque les axes majeurs qui fondent la gouvernance du pays convergent presque exclusivement vers la préparation d’une passation monarchique de pouvoir comme cela s’est vu au Togo, au Gabon ou potentiellement en Guinée Équatoriale. Pour cette raison, les crédos démocratiques du régime ainsi que son adhésion du bout des lèvres à certaines conventions internationales sur les libertés individuelles et les libertés démocratiques n’engagent que ceux qui y croient.
Souvenons-nous

Mise à jour le Samedi, 08 Juin 2019 15:55

Page 1 sur 14