• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Manières de voir

La tentation monarchique au Cameroun

Envoyer Imprimer PDF

Dans son numéro du 17 février 2019, le magazine Jeune Afrique, hebdomadaire africain édité à Paris, a publié une information qui se murmurait depuis des lustres dans nombre de chaumières au Cameroun, à savoir la transmission de gré à gré, dans le cadre d’une coterie ethnique et familiale du pouvoir au sommet de l’État. Le tollé soulevé par cette « révélation » dans les médias d’État et ses nombreux affidés montre à quel point le dossier du journal de Béchir Ben Yahmed était pertinent et trahissait un secret qu’on croyait bien gardé.
À vrai dire, Jeune Afrique dévoilait une construction qui s’observe depuis belle lurette puisque les axes majeurs qui fondent la gouvernance du pays convergent presque exclusivement vers la préparation d’une passation monarchique de pouvoir comme cela s’est vu au Togo, au Gabon ou potentiellement en Guinée Équatoriale. Pour cette raison, les crédos démocratiques du régime ainsi que son adhésion du bout des lèvres à certaines conventions internationales sur les libertés individuelles et les libertés démocratiques n’engagent que ceux qui y croient.
Souvenons-nous

Mise à jour le Samedi, 08 Juin 2019 15:55

Ci-git le peuple camerounais? Manipulation débridée comme système de gouvernance.

Envoyer Imprimer PDF

Ci-git le peuple camerounais? Manipulation débridée comme système de gouvernance.
Depuis l’élection présidentielle d‘octobre 2018 jusqu'à une date récente, on a eu l’impression de vivre dans notre pays une effervescence pouvant faire croire que le peuple camerounais s’organisait pour prendre son destin en main en dégageant la chape de plomb qui l’étouffe depuis des lustres. Mais aujourd’hui comme au lendemain de la chute du mur de Berlin dans les années ‘90 ou comme à la veille ou au lendemain d’une indépendance en trompe l’oeil en 1960, le sentiment qu’a l’observateur est celui d’une défaite virtuelle, si provisoire soit-elle. L’opposition politique autant que la société civile a du mal à se ressaisir. Elles semblent plutôt confirmer son évolution en rangs dispersés, certains acteurs guettant le moment opportun pour, comme de coutume, s’approcher de la mangeoire nationale. Rien d’étonnant. Le pouvoir a élaboré une imparable stratégie pour appâter quiconque ne chante pas sa chanson ou ne danse pas au rythme de sa musique. Et bien que dans certains cercles, on semble hébété par l’arrogance des thuriféraires du régime, il s’agit pourtant de recettes connues

Quelle école pour le Camerounais et l’Africain du XXIè siècle ? Sortir le système éducatif du ghetto

Envoyer Imprimer PDF

On a tendance à l’oublier. De tous les secteurs sociaux, le domaine de l’éducation est sans doute celui qui devrait précéder tous les autres, et se situer bien avant celui de la santé par exemple. En effet, bien éduqué, un citoyen peut déjà mieux se mettre à l’abri de nombre de maladies grâce à l’hygiène et à la prévention. On peut d’ailleurs penser que même pour un État, l’éducation devrait être l’objet de toutes les attentions et mériter un investissement supérieur à toutes les autres dépenses y compris celles dites de souveraineté. N’est-il pas vrai qu’une armée composée de soldats bien formés est susceptible d’élaborer de meilleures stratégies de défense ? On peut en dire pareillement de la diplomatie ou des autres grands corps de l’État.
Une bonne gouvernance est certes affaire de morale et d’éthique mais aussi et surtout de compétence des acteurs. De manière plus banale, on peut affirmer sans risque de se tromper que le développement d’un pays est étroitement lié à la qualité du système éducatif de l’espace concerné. À quoi sert-il

Mise à jour le Vendredi, 15 Mars 2019 17:04

Existe-t-il une littérature camerounaise ? Un bricolage sans fin

Envoyer Imprimer PDF

Existe-t-il une littérature camerounaise ? Un bricolage sans fin
Existe-t-il une littérature camerounaise ? Il s’agit là d’une interrogation récurrente puisqu’il me souvient avoir répondu à ce genre de questions plus d’une fois dans plusieurs journaux et magazines publiés au Cameroun dans les années 90. Et le simple fait que le problème soit aussi fréquemment soulevé signifie bien que l’existence d’une littérature dite camerounaise est loin d’être une évidence pour tous.
Nul ne peut nier que le Cameroun est le théâtre d’une intense activité littéraire. Pour nombre de critiques, ce sont Mongo Beti ou Eza Boto (Ville cruelle, 1954), Ferdinand Oyono (Le Vieux nègre et la médaille, 1956), Benjamin Matip (Afrique nous t’ignorons, 1956) qui inaugurent la naissance de cette littérature. Mais bien avant les romanciers, des recueils de poèmes comme ceux de Louis Marie Pouka ou des textes de diverses natures en langue boulou comme celui de Jean-Louis Njemba Medou (Nnanga kon, 1932), en écriture bamoun (shü-mom), en allemand et que sais-je encore, font partie des faits littéraires au Cameroun. Au lendemain de l’indépendance et suite aux mutations sociopolitiques, les Camerounais publient de

Mise à jour le Lundi, 23 Juillet 2018 08:53

La crise anglophone

Envoyer Imprimer PDF

Depuis bientôt deux ans, les médias publics et privés nous inondent d’analyses diverses sur ce qu’il est convenu d’appeler la crise anglophone, sans y apporter un regard neuf. Comme à leur habitude et dans la tradition de la pensée unidimensionnelle qui les caractérise, les pouvoirs publics et leurs thuriféraires s’évertuent subtilement à codifier la manière dont il faut parler de la crise anglophone ainsi que de la façon d’en identifier les protagonistes. C’est leur droit. On a même vu d’anciens hauts commis de l’État postcolonial sortir du bois et se vêtir, toute honte bue, du manteau de consultant, pour proposer des analyses qui se veulent magistrales et des solutions miracles à ladite crise. Et il ne semble y avoir personne pour leur demander des comptes sur leur bilan du temps où ils étaient aux affaires et plastronnaient comme chefs de terre. Certes, le Cameroun traverse des secousses socio-politiques multiformes mais peut-on véritablement parler de “crise anglophone”? Ne faudrait-il pas parler d’une “QUESTION ANGLOPHONE” à l’intérieur de la crise globale de gouvernance ? La "QUESTION ANGLOPHONE"

Mise à jour le Mercredi, 04 Juillet 2018 08:19

Célébrer Um, mais pour quoi faire?

Envoyer Imprimer PDF

Quand l’avenir n’est plus aussi certain qu’on aura pu d’abord se l’imaginer, il n’est pas étonnant que la référence au passé devienne le recours, et même le secours. Il est même fécond qu’il en aille ainsi, quand on est en panne de créativité : à défaut d’inventer, imiter du moins ceux qui l’ont pu. C’est même sain.
C’est à quoi fait penser la décision récente, attribuée à la communauté urbaine de Douala, de dresser au cœur de Nkomondo, une statue à Ruben Um Nyobè.
Ce projet se forme des décades après la réhabilitation officielle, il est vrai toute formelle, du père de notre indépendance et de notre unification. Il succède aux misères infligées à Essama, notre compatriote naguère condamné pour avoir décapité la statue de Leclerc, sur une place publique très fréquentée de Bonanjo, où elle trônait, ravivant l’amertume du sort tragique infligé à tous les Ruben Um Nyobè par ceux qui, comme Leclerc, n’ont été, dans notre Histoire pratique, que des conquérants, sachant mettre en coupe réglée notre pays, piller ses richesses, déporter son

Mise à jour le Samedi, 24 Mars 2018 12:00

Etat, Pouvoir et Société

Envoyer Imprimer PDF

Fait-on grève, marche-t-on, manifeste-t-on ? L’Etat frappe d’abord. Ensuite ? Rien. Aux problèmes de société, il administre invariablement une réponse unique et spontanée, la répression.
Il perçoit pourtant le rugissement de cette foule en colère, entend les propos qu’elle articule, lit les pancartes qu’elle exhibe.
N’empêche ! Il croit surtout, dès longtemps, que tout ce qui existe de son fait est bien fait tel qu’il est fait. Dès lors, par quoi le remplacerait-on éventuellement, sinon par son contraire, le mal ?
Ne pas s’en satisfaire ressortit, par conséquent, aux désordres et troubles.
Et puisqu’ainsi il ne fait que le bien, pourquoi, de lui-même, se mettrait-il en peine de se remettre en question ? Pourquoi, à plus forte raison, daignerait-il se laisser édifier par les pancartes et propos de gens qui exigent du mieux en marchant, du moment que c’est bien lui l’origine de tout bien ? A Etat autiste, réaction épidermique.
S’impose donc une répression rondement menée. Qu’elle génère un, ou même plus d’un mort, n’enlève rien au credo de l’Etat qui semble, en cette matière,

Mise à jour le Samedi, 25 Mars 2017 05:28

Page 1 sur 13