• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Le dossier

Le Dossier

Affaire Marafa Hamidou Yaya: Issa Tchiroma ment et offre le Cameroun en spectacle

Envoyer Imprimer PDF

Le ministre de la Communication développe des arguties pour tenter de démonter les conclusions du groupe de travail de l’Onu qui juge arbitraire la détention de l’ancien Minatd.
Issa Tchiroma n’est pas passé par quatre chemins pour tenter de démonter, par des mensonges grossiers, les conclusions pertinentes auxquelles sont parvenus les experts internationaux, membres du groupe de travail des Nations-Unies sur la détention arbitraire. Conclusions contenues dans leur rapport rendu public le 02 juin 2016 au terme de la 75e session du mois d’avril 2016, relativement à la procédure pénale engagée par l’État du Cameroun contre Marafa Hamidou Yaya. Le groupe de travail qui juge arbitraire la détention de l’ancien ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation (Minatd) exige, ni plus ni moins, sa libération immédiate.
Face à la presse, et dans une tentative maladroite à démentir les experts du groupe de travail et d’accréditer la thèse d’une détention légale et légitime, Issa Tchiroma s’est, de l’avis même des avocats de l’ancien Minatd, livrée à un véritable exercice de prestidigitation. Pour Me Kofele,

Mise à jour le Mercredi, 31 Août 2016 19:34

Des désastres judiciaires

Envoyer Imprimer PDF

L'injuste Tcs
Les mots ont un sens. Quand on les emploie, c’est pour dire quelque chose, pour se faire comprendre surtout si on a pris la peine de clarifier le sens de chaque notion utilisée afin d’éviter quiproquos et mésinterprétations. Ces derniers jours, pour ne pas dire ces derniers temps, un mot est régulièrement revenu dans la bouche des Camerounais, qu’il s’agisse du nouveau Code pénal récemment adopté par le Parlement et promulgué par le président de la République, ou des procès pendant devant le Tribunal criminel spécial (TCS), la Cour suprême, ou ceux dont les jugements ont déjà été rendus par ces juridictions : c’est le mot magique justice. Ce mot revient dans les expressions ministère de la Justice, palais de Justice. Ne perdons pas de vue qu'à aucun moment, on ne parle de ministère de la Vérité ou de palais de la Vérité. Cela veut dire qu’il y a très souvent un gap entre la justice et la vérité, le décalage entre ces deux réalités étant dû à l’intervention humaine.
On sait que le terme justice

Mise à jour le Samedi, 27 Août 2016 13:54

Succession présidentielle: La guerre totale

Envoyer Imprimer PDF

Vers la nuit des longs couteaux
On peut résumer l’art de gouverner chez Paul Biya par cette phrase de Machiavel. « Les États héréditaires accoutumés à la famille de leur prince sont bien plus faciles à conserver que de nouveaux ; il suffit en effet de n’y pas bouleverser les dispositions établies précédemment et, pour le reste, de temporiser devant les situations imprévues. De sorte que si un prince héréditaire est d’une habileté moyenne, il se maintiendra toujours sur son trône, sauf s’il en est chassé par quelque force irrésistible et même alors, au moindre revers de l’occupant, il le regagnera ». Comme on le sait, Paul Biya est un vrai disciple de Machiavel. Jean-Marie Atangana Mebara ajoute qu’il a beaucoup lu le Bréviaire des politiciens du Cardinal Mazarin, un opuscule qui se termine par les préceptes suivants :

« Aies toujours à l’esprit ces cinq préceptes :
1. Simule ;
2. Dissimule ;
3. Ne te fie à personne ;
4. Dis du bien de tout le monde ;
5. Prévois avant d’agir.
»

Mise à jour le Lundi, 29 Août 2016 06:41

Ces Assassins des libertés publiques

Envoyer Imprimer PDF

Le Héros et le Grand Homme
Il existe grosso modo deux catégories de Camerounais repérables par leurs agissements respectifs dans l’espace public.
D’un côté ceux qui, ayant bénéficié du décret présidentiel ou arrêté ministériel occupent une position de pouvoir et ont, de ce fait, la possibilité d’autoriser ou d’interdire ce que les autres citoyens envisagent. Ces Hommes de pouvoir se croient obligés d’applaudir toutes les décisions et actes posés par leur hiérarchie qui remonte jusqu’à Etoudi. Nos « élus par décret » disposent d’une « section intellectuels » constituée d’hommes et femmes qui, se parant d’oripeaux scientifiques, ont une mission principale : démontrer que le chef de l’Etat et ses ministres ont toujours raison. Il est question pour eux de donner une caution scientifique aux agissements du Prince et compagnie.
De l’autre côté, une autre catégorie de Camerounais(es) qui, en privé et surtout en public, individuellement et surtout collectivement, ne cessent d’interpeller les dirigeants sur les conséquences et implications néfastes de leur conduite. Ils s’expriment dans les médias et n’hésitent pas à descendre dans la rue

Mise à jour le Dimanche, 09 Octobre 2016 14:48

Dégage!

Envoyer Imprimer PDF

Les sévices présidentiels

On veut bien prendre les propos de Joseph Anderson Le publiés dans Mutations du 26 avril 2016, comme des paroles d’Évangile, quand il écrit ; «il faut […] rendre grâce au Ciel d’avoir fait don au pays d’un chef d’État, son Excellence Paul Biya, pour son management d’État si avisé, son énergie si débordante et sa sagesse si légendaire au service de la Nation à laquelle il a consacré pour son édification, en vue de son émergence »
C’est vrai les Camerounais ont, depuis 34 ans, été victimes de nombreux sévices rendus par Paul Biya. De sorte que de nos jours, ils peuvent rendre grâce à celui qui leur permet au quotidien d’avoir, l’eau, les médicaments, les routes, l’électricité, brel d’avoir le minimum vital.
Titus Edzoa, avait déjà parlé du vrai Paul Biya aux Camerounais. Dans une interview accordée, après sa démission du poste de ministre de la Santé, au journal l'Expression n°116 saisi par les autorités camerounaises, Titus Edzoa jetait un pavé dans la mare en présentant le président de la République, Paul Biya,

Mise à jour le Mardi, 21 Juin 2016 10:38

Le Contrat de désendettement et de développement (C2D): enjeux et perspectives pour le Cameroun

Envoyer Imprimer PDF

altLe 19 juin 2014, à l’hôtel Franco, sis au quartier Nlonkak à Yaoundé, Son Excellence Madame Christine Rubichon, Ambassadrice de France au Cameroun, a été l’invitée spéciale du Grand Oral de La Grande Palabre. Elle avait à ses côtés monsieur Hervé Conan, directeur de l’AFD-Cameroun. Pendant un peu plus de deux heures, ils ont entretenu  l’auditoire, constitué de plus de 200 participants et invités, sur le thème : Le Contrat de désendettement et de développement (C2D): enjeux et perspectives pour le Cameroun (Lire les interventions qui suivent). Les échanges ont été cordiaux et quelquefois vifs.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.
Télécharger

Faut-il le souligner Le Grand Oral est une session de La Grande Palabre au cours de laquelle un invité spécial est appelé à éclairer la lanterne de l’auditoire sur les questions qu’il se pose. Chaque session se déroule conformément à l’esprit de La Grande Palabre. Cette initiative citoyenne indépendante de tout lobby, groupe de pression et tout parti politique, ayant pour objet de promouvoir la culture politique au Cameroun et d’inviter des responsables politiques, des organisations de la société civile,

Mise à jour le Samedi, 16 Juillet 2016 16:46

Top Chrono: Les soubressauts d'une fin de règne

Envoyer Imprimer PDF

Vanitas vanitatum
Vanité des vanités, tout est vanité, dit Ecclésiaste. ‘’L’homme ! Ses jours sont comme l’herbe, comme la fleur des champs il suffit qu’un souffle passe; Sur lui,
il n’est plus, jamais plus ne le connaitra sa place.’’ Cette sagesse, tirée des psaumes 103 montre la vanité de toute chose.
Au milieu du XVIIe siècle, Louis XV affirmait péremptoire : « En ma personne seule réside la puissance souveraine. À moi seul appartient tout le pouvoir législatif sans dépense ni partage. L’ordre public tout entier émane de moi et les droits et les intérêts de la Nation sont nécessairement unis avec les miens et ne reposent qu’en mes mains. » Toutefois, la dictature monarchique a ouvert la voie à la Révolution bourgeoise de 1791. La France est ainsi passée d’une extrémité à une autre, de l’absolutisme royal à l’intolérance bourgeoise qui a effacé l’ordre de la noblesse en assassinant le roi. La Révolution bourgeoise ira de pair avec l’instabilité constitutionnelle. De 1791 à 1795, trois constitutions sont rédigées en France.
La situation du Cameroun est préoccupante.

Mise à jour le Mercredi, 06 Juillet 2016 20:55

Page 3 sur 8