• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Envoyer Imprimer PDF
Index de l'article
Au nom de notre amitié
Pius Njawé: Fin tragique d’une vie titanesque
Pius N. Njawe plus vivant que jamais
Pius Njawé : Né pour combattre
Pius N. Njawe: Bloc-notes du Bagnard
Toutes les pages
Je suis sans voix depuis l’annonce de ton décès survenu des suites d’un accident de circulation à quelques encablures de Virginie, aux États-Unis où, nous dit-on, après avoir été associé à des compatriotes pour penser l’avenir du Cameroun, tu allais rendre visite à ta fille. Les grandes douleurs sont muettes. Je n’ai pas envie de spéculer sur la question de savoir s’il y a une main diabolique derrière ta disparition subite. Dans ce plan d’existence où tu nous as laissés, tu étais en mission. Tu avais d’ailleurs pris conscience de celle-ci et t’y étais engagé sans réserve pour son accomplissement. Le Fabricateur Souverain a décidé que cette mission, parmi nous qui te suivrons un jour, est terminée. Comme il avait décidé que celles de Martin Luther King, de Mohandras K. Gandhi, de Um Nyobé, d’Ernest Ouandié, d’Osendé Afana, de Félix Moumié, des pères Engelbert Mveng et Jean-Marc Ela, de Patrice Lumumba, de Steve Biko, de Norbert Zongo, de Jean Helen, d’Aimé Césaire, entre autres, étaient terminées.
Aujourd’hui, je peux bomber mon torse, taper ma main droite sur ma poitrine et me vanter d’avoir été un des tiens. Nos relations étaient discrètes. Nous les avions voulues ainsi. De cette manière, nous étions efficaces.
Ce qui me chagrine, c’est la lourde charge que tu nous laisses. Souviens-toi de notre entretien, quelque temps après ma sortie de prison, au cœur de la nuit, à ton hôtel sis non loin de ce « machin » dénommé Elecam, visiblement érigé pour confisquer le vote des Camerounais épris de changement. Pendant plusieurs heures, nous avons parlé de tout : de la situation de notre pays, de celle de la presse, des fondés de pouvoir qui nous dirigent et nous tiennent captifs de nos instincts de conservation, de ceux qui aspirent à gouverner notre beau pays le Cameroun, de nos ennemis, de nos amis, de nos projets. Peut-être n’avais-je pas compris le sens de tes propos ce soir-là. Sept fois, tu avais répété : « nous ne devons pas lâcher ». Cinq fois tu avais dit : « Même si je ne suis pas là, vous devriez continuer le combat. C’est important pour nos enfants. C’est vital pour le Cameroun ». Pourquoi sept fois ? Pourquoi cinq fois ? Les spécialistes des mathématiques divines nous disent que 7 et 5 font 12 donc 3 qui, chez les chrétiens représente le Père, le Fils et Saint-Esprit qui, à leur tour, fusionnent dans l’Un (1). En Égypte ancienne ne disait-on pas que j’étais trois, je suis devenu Un? Voulais-tu m’indiquer la date fatidique ? Aujourd’hui je comprends, c’était ta façon de nous dire au revoir. Comme le laboureur et ses enfants, tu m’as invité à ton hôtel. Tu m’avais parlé sans témoin. Ni Momo, un de tes fidèles, qui m’avait amené au lieu du rendez-vous dans sa voiture et qui m’avait ramené chez moi tard dans la nuit, ni ton chauffeur n’étaient présents.
Le bal des caméléons que certains de tes ennemis organisent autour de ta dépouille nous fait sourire. D’aucuns vont même jusqu’à prendre leurs rêves pour des réalités. Ils affirment que désormais, ils vont dormir tranquillement parce que tu n’es plus. Mais, savent-ils seulement que tu n’es pas mort ? Qu’ils se le tiennent pour dit : Tu as tracé une « ligne de résistance ». Nous résisterons à « toute mutilation anthropologique », pour reprendre les mots de Fabien Eboussi Boulaga. Tu peux compter sur nous. Comme tu le sais, nous avons choisi de vivre libres dans un taudis en mangeant du pain que d’être esclaves dans un château en mangeant des gâteaux. Repose-toi en paix, Cher Ami.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir