• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Index de l'article
Présidentielle 2018: Paul Biya est Responsable et Coupable de la Désintégration avancée du Cameroun
Présidentielle 2018: le pire est à venir, par Jean-Bosco Talla
Opération Epervier: un grotesque défilé de boucs-émissaires, par Hilaire Sikounmo
Peut-on vendre les oeufs pourris ad vitam aeternam? par Jean-Bosco Talla
Paul Biya ou la stratégie du fond de l'Abîme ou de l'Enfer, par Hilaire Sikounmo
Paul Biya applique à la lettre la leçon de son maître
Paul Biya, un obstacle pour la sécurité du Cameroun, par Pierre Ela
Paul Biya prend la petite porte démocratique de l'histoire
PostScriptum: Au voleur!!! Au violeur!!!, par Jean-Bosco Talla
Toutes les pages

Paul Biya ou la stratégie du fond de l'Abîme ou de l'Enfer, par Hilaire Sikounmo
Touche pas à mon pouvoir ! sinon le chaos, l’Apocalypse.
Sous le sceau de la fourberie. Après une vingtaine d’années d’observation au quotidien Ahidjo s’était révélé incapable de se faire une idée claire du vrai caractère de son successeur désigné – Par Aujoulat, et finalement par lui-même, persuadé que les intérêts néocoloniaux que les deux poulains du gaullisme incarnaient allaient être préservés dans un minimum de dignité, de respect pour les intérêts supérieurs de l’Etat, du pays de Moumié et ses milliers de camarades martyrs. Il n’avait qu’à suivre dès 1961, l’avis pertinent de Eteki Mboumoua : « Inapte au commandement !!! »
Un slogan, une devise au départ appât des âmes sensibles : « Rigueur et Moralisation ! » Et sur le terrain, cinq années de tolérance administrative pour la presse, qui s’engouffre dans la brèche avec ardeur – même Cameroon Tribune , le poste national de radiodiffusion, et la jeune télévision naissante. Puis les beaux jours du Messager et consorts. Des intellectuels accourent pour l’épauler contre son prédécesseur hanté par le souci d’un certain retour aux affaires ; ils rédigent ses premiers discours, son livre fétiche : Pour le Libéralisme communautaire.
Au bout de cinq ans, il commence à les rouler dans la farine et leur préfère les militaires qui ont pu l’intimider sous le masque d’un simulacre de coup d’Etat discrètement sanglant. Puis, point de retraite pour les généraux ; assez d’argent mobilisé pour combler tout le corps – sans oublier la police. Le reste du pays peut attendre, plus trente années durant : l’éducation, la santé, l’emploi des jeunes, l’économie, la sécurité publique, …
L’art consommé de nager entre deux eaux, avant de retrouver son naturel de démolisseur en douce de tous les espoirs placés en lui : le pays profond attend la dissolution de l’UNC de triste mémoire pour élever sur ses cendres une formation politique à même de sauver le pays des séquelles d’une colonisation féroce. Le prince se limite à un geste cosmétique, à rebaptiser en RDPC le forum national de la mangeoire aujoulatiste, et prend de nouveaux appuis sur son arrière-garde ; en changeant carrément de direction pour un parcours en somnambules d’insouciants gérontocrates qui forcément traînent la patte, en caméléons amnésiques depuis lors.
Plus de trois décennies de mensonges et de fausses promesses. De cynisme ostentatoire ; de mépris hautain de la canaille et sa misère galopante. « Quand Yaoundé (Etoudi-Mvomeka) respire, le Cameroun vit ! » « Et me voici donc à Douala !!! » « Je ne commente pas les commentaires ! »
Du stalinisme tropicalisé. Pour accuser et abattre l’ennemi politique au nom des crimes que l’Accusateur en chef incarne le mieux depuis si longtemps ; sur la base desquels les réseaux occultes recrutent ses agents les plus sûrs. « Ce qui se ressemble, … » Tourmenter quelques corrompus sans rien tenter de sincèrement soutenu contre la corruption, parce qu’on en fait un mode privilégié de gouvernement. L’institution de la Cour des comptes indéfiniment repoussée.
Trente-six années d’un laxisme caractériel décapant. « Un vacancier au pouvoir ! » A la tête du pays de Um Nyobe. En contremaître quelque peu apathique, somnambule, mais des plus fidèles aux diktats des Réseaux occultes ; presque tout le temps en incessants « cours séjours privés » à l’étranger pour recevoir les ordres les plus urgents de l’heure. Il y a longtemps que le record d’Ahidjo de 120 visites à Paris en vingt-deux ans de pouvoir a été battu par son successeur ; qui n’en a plus le temps pour les sommets de l’Union Africaine, de l’Udeac, de la Cemac, pour être à Yaoundé, mais qui se précipite chaque fois pour être présent aux sommets France-Afrique et de la Francophonie. Pour voir mourir le Cameroun.
A quoi se réduit au fond le pouvoir d’un potentat du gaullisme équatorial ? Il est « sans croûte ni mie », à en croire Aimé Césaire. Jusque de quoi tenir le bâton (clouté) pour apprendre à ses sujets à vivre, à rester tranquille pendant que les multinationales pillent leur pays, à savoir jeûner, prier pour ne pas avoir trop faim ; à laisser leur avenir aux bons soins des sectes apocalyptiques.
H.S