• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Santé Limogeage de Abdoulaye Babalé, Germinal l'avait annoncé en février dernier

Limogeage de Abdoulaye Babalé, Germinal l'avait annoncé en février dernier

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Les jours du Directeur général d'Elections Cameroon sont désormais comptés
Selon les "mauvaises langues", rien ne va plus à Elections Cameroun (Elecam). Elecam serait en ébullition. Le calme apparent qui y règne en ce moment semble être celui qui précède la tempête. Il nous revient que même si le but officiel du dernier conseil électoral, tenu le 15 février 2018, était d’évaluer le niveau de préparation des prochaines élections sénatoriales, notamment sur le plan de l’organisation matérielle des opérations, l’objectif non déclaré qui circulait dans les coulisses était de débarquer l’actuel directeur général, Abdoulaye Babalè et de pouvoir à son remplacement par son adjoint Erik Essousse.
Selon des sources internes, avant la tenue de cette session du conseil électoral, une correspondance avait été expédiée au Premier ministre et à la présidence de la République dénonçant les fautes de gestion du DG d’Elecam et attirant l’attention sur son incapacité à gérer les élections à venir. Le président du conseil électoral aurait écrit au président de la République afin de lui apporter les preuves des détournements opérés

par son DG. Parmi les preuves fournies à Paul Biya, on cite pèle mêle, les cartes prépayées dont le montant s’élèverait à plus d’un milliard de francs CFA, près de 3 milliards de la CNPS non payés.
Selon les contempteurs du DG, l’attention du Conseil électoral a été attirée par un acte révélateur d’un détournement en perspective. Alors que l’environnement d’Elecam est caractérisé par les loyers impayés, les salaires qui connaissent des retards de paiement, les avancements bloqués, la peur d’un soulèvement des agents, le directeur général a pris sur lui de faire la commande des pagnes floqués Elecam dont le montant s’élève à un milliard de franc CFA, dont 200 millions de francs CFA à la Cicam et 800 millions de francs CFA en Chine. A la question de savoir où est ce que Abdoulaye Babalè a pris de l’argent pour faire cette commande au moment où Elecam fait face aux tensions de trésorerie, le DG serait resté muet. Face à ce mutisme du DG, le président du conseil électoral aurait fait descendre à Elecam une mission du Conseil supérieur de l’Etat (Consupe). Sur les lieux le Consupe a réquisitionné de nombreux documents qui aurait été acheminés à la DGSN et probablement à la DGRE qui, elle aussi, était représentée au moment des réquisitions et afin de comprendre ce qui passe réellement.
Selon les mêmes sources à Elecam, la correspondance du Président du conseil électoral dans laquelle il demandait de démettre le directeur général semble avoir été bloquée au niveau du cabinet civil par son directeur (celui qu'on appelait affectueusement Tom Dollar, Ndlr) qui aurait demandé de compléter les documents et de voir dans quelle mesure ce problème pourrait être solutionné en interne afin d’éviter le scandale. Toujours selon les sources internes, l’attitude du directeur du cabinet civil (d'alors, Ndlr) s’expliquerait par le fait, le DG d’Elecam aurait « mouillé » le secrétariat général de la présidence de la République, le cabinet civil à hauteur de 2 milliards de francs CFA. Vrai ou faux ? Toujours est-il que le dossier a été bloqué. De sorte que, même les affectations seraient bloquées au niveau du Cabinet civil à la demande du président du conseil électoral. Malgré ce blocage, le Conseil électoral serait déterminé à faire partir Abdoulaye Babalè.
Aussi, certaines sources signalent-elles des démissions massives à Elecam, faisant en sorte que certains responsables cumulent des fonctions. C’est le cas du chef d’antenne de Nkongsamba 1er aujourd’hui en France avec le matériel d’Elecam, faisant en sorte que le chef d’agence du Mungo assume les fonctions de chef d’antenne par interim ; le délégué régional du littoral officie aujourd’hui comme chef d’agence du Wouri démissionnaire.
Aussi dit-on là-bas à Elecam que le DG lorgne déjà du côté des milliards des élections et promet des voitures à chaque chef d’antenne.
Paul Biya est-il au courant que « Affaire Nkap » risque de plomber ses élections à Elecam ? Rien n’est moins sûr. On peut imaginer que comme d’habitude, ses proches collaborateurs ne lui font pas parvenir toutes ces informations.
Tout comme, la rumeur laisse entendre qu’il n’était pas au courant de ce qui se passe à l’Ambassade du Cameroun en France où récemment 25 passeports, dont 15 appartenant aux binationaux, ont disparus. Certaines mauvaises langues affirment que ces passeports que l’on fait sciemment disparaitre à l’Ambassade du Cameroun en France sont l’objet d’un trafic juteux et sont utilisés dans des circuits pour favoriser l’émigration.
Maheu & NNT
Sources Germinal n°113, du 26 février 2018