• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Paul Biya, un homme dépassé, du paasé et du passif - Emasculer pour régner

Paul Biya, un homme dépassé, du paasé et du passif - Emasculer pour régner

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Index de l'article
Paul Biya, un homme dépassé, du paasé et du passif
La Républiques des vampires
Paul Biya, incapable de balayer devant sa porte
Biya/Ahidjo: Je t'aime moi non plus
Conserver le pouvoir par la corruption
L'histoire du Renouveau-Rdpc s'écrit en lettres de sang
Au moins 70 000 morts sur les chemins du Renouveau
Emasculer pour régner
Valsero : Emotions de soutien pour encourager la ruine du Cameroun
Insécurités, lots quotidien des bizarreries
6 avril 1984 ; un progrome prémédité
Toutes les pages
Emasculer pour régner
En 34 ans de règne, le grand vacancier de l’hôtel suisse Intercontinental aura réussi le délitement et la déliquescence du tissu social camerounais plus que jamais marqué par l’abrutissement collectif et dont il faut d’ailleurs rechercher les mécanismes dans la prolifération des multinationales du jeu, de Dieu et des loges pernicieuses. Ces derniers constituent les leviers grâce auxquels les Camerounais sont maintenus dans un état d’hébétement et d’abêtissement permanent qui les empêche de se réveiller, de demander des comptes quant à la manière dont le Cameroun est dirigé. Cette apathie dans laquelle les Camerounais sont maintenus, donne au Renouveau de mettre les Camerounais en coupe réglée.
D’abord, il y a les bars et débits de boisson qui auront proliféré exponentiellement. Ouverts quasiment 7 jours sur 7 et 24 sur 24, ils tiennent les Camerounais par l’ivresse et la torpeur, les empêchant ainsi d’être lucides et de s’intéresser à la marche du pays, et leur font oublier leurs misères au quotidien en noyant leurs soucis dans l’alcool. Sauf qu’avec le temps ceux-ci auront appris à nager.
Ensuite, viennent les jeux qui essaiment pêle-mêle : Pmuc, Parifoot, Poker, etc. Les Camerounais sans distinction d’âges, de sexes et de conditions s’y adonnent. Convaincus que le bonheur est dans les jeux de hasards, ils ont cessé de croire au travail.
Enfin, il y a les églises et les sectes pernicieuses qui écument les artères des grands centres urbains, vendant de l’illusion aux uns et aux autres. Elles concourent à la mort de l’esprit critique sans lequel, il n’est pas possible d’exercer sa citoyenneté. D’ailleurs, on se souvient, il n’y a pas longtemps qu’un sous-préfet avait pris la décision de fermer les lieux de culte fonctionnant sous le régime de la tolérance administrative. Celui-ci s’est fait remonté les bretelles par certains barons très haut-placés à qui ces églises réveillées apportent leur soutien en disant aux fidèles que tout pouvoir vient de Dieu et qu’il ne doit pas être contesté.
En jouant sur ces leviers, le Renouveau-Rdpc est parvenu à émasculer les Camerounais.
Tissibe Djomond