• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

René Emmanuel Sadi a cru bien faire en tentant de justifer la gaffe que le sous préfet de l'arrondissement Yaoundé III a commise en interdisant, le 13 août 2012, la conférence qu'organisait le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc). En réalité, il n'a proféré qu'un grossier mensonge

Décidément, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), coalition d’une demi-douzaine de partis politiques, n’est pas au bout de ses peines. Le 15 août 2012, dans la salle de conférence de ses locaux provisoires, sis au Carrefour Mec à Yaoundé, le point de presse que donnait le président de la Coordination provisoire de ce parti, Alain Fogué Tedom, en réaction à l’interdiction de la conférence de presse qu’il devait donner à l’hôtel Hilton le 13 août 2012 et à la sortie médiatique, le 14 août 2012, du ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, a été fortement perturbée par le sous-préfet de l’arrondissement de Yaoundé VI, accompagné d’une escouade de gendarmes et de policiers armés de matraques.
Celui-ci a ordonné l’évacuation de la salle au motif que ce point de presse n’avait pas été déclaré. Selon le sous-préfet, « toutes les réunions publiques doivent faire l’objet d’une déclaration ». Pour le patron des lieux, il s’agit d’une violation du domicile, étant donné que « le point de presse est organisé au siège provisoire de [son] parti qui est un lieu privé. » Il entend par conséquent assigner en justice le sous-préfet de Yaoundé VI pour violation de domicile.
Après un échange vif entre l’autorité administrative et Alain Foguè Tedom, le point de presse sera finalement interrompu.
Avant cette interruption, l’essentiel de ce point de presse avait déjà été dit et les documents mis à la disposition des journalistes.

Dénoncer le mensonge

Selon l’orateur du jour, cette rencontre est l’occasion pour lui de dénoncer le mensonge du Minadt après l’interdiction de la conférence de presse et la séquestration des invités et membres du Mrc le 13 août dernier. Pour justifier cette interdiction, a-t-il souligné, le Minadt a fait une « déclaration scandaleuse », reprise plusieurs fois sur les ondes de la Crtv

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.
Téléchargement

Dans cette déclaration de René Sadi on peut lire: «  Suite à l'interdiction par le Sous-Préfet de l'Arrondissement de Yaoundé III, de la Conférence de Presse envisagée le 13 août 2012 au Hilton Hôtel de Yaoundé, je tiens en ma qualité de ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation, à faire la mise au point suivante pour l'information complète et objective de l'opinion publique nationale et internationale.
1.Monsieur Alain Fogue Tedom, Président du parti politique dénommé "Mouvement pour la Renaissance du Cameroun" (Mrc) a déposé à la Sous-Préfecture de Yaoundé III, en date du 07 août 2012, une déclaration de manifestation publique, sous la forme d'une conférence de presse prévue le 13 août 2012 au Hilton Hôtel de Yaoundé.
2. L'objet de ladite manifestation, tel que mentionné sur la déclaration par son promoteur, devait porter sur le "récent changement de dénomination" de ce parti, de Mouvement républicain populaire (Mrp) en Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc), changement de dénomination dont le ministre de l'Administration territoriale et de la Décentralisation a pris acte, conformément à la loi, par correspondance datée du 3 juillet 2012.'
3. Mais en violation des termes du récépissé de déclaration délivré par le Sous-Préfet de l'Arrondissement de Yaoundé III, Monsieur Foguè Tedom a changé l'objet initial de la manifestation, qui s'est plutôt transformée en une manifestation de lancement des activités d'une coalition de partis politiques ainsi que d'organisations et de personnalités de la société civile.
4. Aussi, considérant le changement de l'objet de la déclaration ainsi intervenu, le sous-préfet de l'Arrondissement de Yaoundé III a-t-il dû interdire la conférence en vertu des dispositions pertinentes de la loi.
Je tiens à réaffirmer, au nom du Gouvernement que le Cameroun est et demeure un État de droit, un État démocratique où sont garantis le pluralisme politique, la liberté d'expression, la liberté d'opinion et la liberté de réunion, naturellement dans le strict respect des conditions fixées par les lois en vigueur. »

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.
Téléchargement
Pour Alain Foguè Tedom, « le Minadt est pris flagrant délit de mensonge » étant donné que dans le Code pénal camerounais il n’existe pas de délit a posteriori et que la lettre de déclaration de la réunion publique adressée au sous-préfet de Yaoundé III indiquait bien qu’il s’agissait d’une conférence de presse. Dans cette lettre, on peut lire : «Monsieur, Suite au changement de la dénomination de notre parti, le Mouvement républicain populaire (Mrp) en Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), décidé conformément à nos statuts et approuvé par monsieur le ministre de l'Administintion territoriale et de la Décentralisation en date 03 juillet 2012,
Nous vous informons que nous donnons une conférence de presse ce lundi 13 août 2012, au Yaoundé /Hilton hôtel, de 10 heures à 12 heures.
Veuillez agréer, Monsieur, l'expression de notre considération distinguée. »

Et le président de la Coordination provisoire du Mrc de s’interroger: « D’où vient-il donc que le Minadt affirme que nous avons changé l’objet de notre réunion alors qu’il reconnaît dans sa déclaration que c’est pour une conférence de presse que nous avons fait la déclaration ?» . Avant de poursuivre: « Dans cette affaire, le problème est le militant de base Maurice Kamto que l’on veut bâillonner. Le gouvernement fait tout pour que Maurice Kamto n’entre pas en politique, on ne sait pas pourquoi. Nous ne savons pas pourquoi Maurice Kamto fait-il tant peur au régime». Il n’entend cependant  pas rester les bras croisés. Dans les prochains jours, révèle-t-il, il estera le Minadt en justice.

Selon un journaliste présent, «s'il existe une médaille d'or de la bêtise, René Sadi serait bien placé pour la recevoir.»

Jean-Bosco Talla