• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Cameroun: autopsie d'un Etat naufragé - La crise des valeurs au miroir de l’école camerounaise

Cameroun: autopsie d'un Etat naufragé - La crise des valeurs au miroir de l’école camerounaise

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Index de l'article
Cameroun: autopsie d'un Etat naufragé
Trois décennies blanches et sèches
Visage de la pauvreté : une vie-misère
Santé : le coma avancé
Le Renouveau en rupture d’eau, d’électricité et de logements
Infrastructures de communication: des desseins aux actes manqués
Les billevesées du Renouveau
Plus de 50 ans de politique macabre et d’assassinats
Le Cameroun, malade de sa justice
Une justice aux ordres
L’humanité emprisonnée
Le conservatisme politique du Renouveau: Entre instinct, intérêt, censure et expression
Le management politique à dispense, à suspens et à distance de Paul Biya: Gagner du temps
Une diplomatie au service du pouvoir personnel
La tyrannie de la corruption
Jeux et enjeux de la manipulation dans la propagande électoraliste au Cameroun
50 ans après : quel avenir pour nos forces de défense?
La crise des valeurs au miroir de l’école camerounaise
Financement de l'éducation: Une politique obstinée de la pénurie
Coût de l’éducation et déscolarisation massive
Le calvaire des enseignants depuis 1993
Du plomb dans l’aile de la réforme
Une Urgence : sauver le système universitaire camerounais
Universités : Méformes comme résultantes des réformes
Professionnalisation de l’enseignement supérieur, business et problèmes annoncés
Réforme Lmd dans les Universités camerounaises: virage manqué?
Eglises et création d’universités privées au Cameroun: Enjeux stratégiques de l'investissement dans la formation supérieure
Privatisations: Un véritable marché de dupes
Le règne des idoles et l’athéisme camerounais
Médias sous le Renouveau : L’épreuve d’une liberté contrôlée
De Augustin Kontchou Kouomegni à Issa Tchiroma Bakari
Désacrilisation de la figure du pontife présidentiel et autopsie d'un Etat zombifié
Toutes les pages

Education: La crise des valeurs au miroir de l’école camerounaise
Dans son ouvrage Pour le libéralisme communautaire, Paul Biya affirme que l’institution scolaire devrait être largement accessible à toutes les couches de la population et que l’effort de démocratisation de l’enseignement devrait faire en sorte que les villes et l’arrière-pays soient dotés de meilleures écoles afin de garantir l’égalité de chances entre les fils du Cameroun. Aussi soutenait-il que l’école devrait être le creuset des valeurs. Plus de 25 ans après, la réalité est autre. Et pour cause !
- Le premier stigmate du régime Biya dans le domaine de l’enseignement se signale par une volonté sourde de démembrement émiettement ; d’un seul ministère de l’éducation on en a fabriqué trois : Éducation de Base, Enseignements Secondaires et Enseignement Supérieur. L’Institut de la Recherche universitaire est passé ministère plein.
- 1992-94, cyniques baisses assassines des salaires, beaucoup plus ressentie dans l’enseignement que partout ailleurs, métier sans à-côtés ni considérations sociales compensatrices pour la grande majorité de ses pratiquants, les pédagogues « craie en main ». Émergence quasi spontanée des syndicats de lutte active, pour la plupart bidon ou à la longue dynamités par de massives infiltrations si ce n’est du fait de l’extrême vanité, du souci morbide de gloriole personnelle chez le petit nombre des cadres restants. Résultat prévisible, inévitable : plus de mouvement possible de grève dans l’enseignement secondaire depuis 2002, alors qu’au départ c’était le point focal de la contestation musclée. Lire la suite