• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Science

Envoyer Imprimer PDF

Une mission spéciale du Ministère de la forêt et de la faune (Minfof) a traqué les exploitants illégaux du bois à Douala. Environ 250 m3 de bois et du matériel roulant ont été saisis.

Une dizaine de grumiers sont stationnés à la fourrière municipale  de Youpwé à Douala, près de vieilles voitures abandonnées.  Sur le sol, des billes de bois et du bois débité en tas. «Tous ces produits, qui seront vendus aux enchères, ont été saisis soit parce que leurs propriétaires n’ont pas fourni de lettres de voiture soit parce qu’ils ont présenté des documents non conformes», justifie Jean Nyemeg, ingénieur des eaux et forêts au ministère de la Forêt et de la Faune (Minfof).
Du 22 février au 26 mars derniers, il conduisait une mission spéciale de la brigade nationale du Minfof à Douala., Objectif : assainir le secteur forestier dans la région du littoral. Environ 250 m3 de bois ont été confisqués. Une première vente aux enchères  de bois blanc   a permis de récolter 1.000.000 FCfa.

Mise à jour le Vendredi, 26 Juillet 2013 10:24

Deux poids deux mesures

Envoyer Imprimer PDF

Le traitement médiatique des marées noires n’est pas le même dans le golfe de Guinée qu’en occident. Les conséquences du drame sont partout les mêmes. L’urgence est à l’action. Fin mars 1989, le naufrage de l'Exxon Valdez au sud de l'île Busby suscite un vif émoi. Non seulement 40 000 tonnes de brut avaient gravement abimé les côtes de l'Alaska, mais pour la première fois le risque écologique était quantifié. Les coûts engendrés pour nettoyer ce déversement, quelque 4 milliards de dollars, effrayent l'industrie pétrolière.