• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Envoyer Imprimer PDF
Index de l'article
La fin d'une génération. Pour qui sonne le glas
Prémonition d’une fin de génération
La stratégie du caméléon
Gilbert Andzé Tsoungui: Le bourreau des nationalistes
L’aloi du sérail
La fin des espérances
La décimation du dernier carré présidentiel
Les empêcheurs de piller et de tuer en rond
Mongo Beti: le voltaire camerounais
Mgr Paul Verdzekov: Un Grand Homme de Dieu
Mgr André Wouking
Samuel Eboua : le sage
Engelbert Mveng: Itinéraire prométhéen d’un prophète incompris
Pierre Meinrad Hebga: la dialectique de la foi et de la raison
Toutes les pages

Série noire
La série noire se poursuit au Cameroun. Le  chef de l’État devient de plus en plus esseulé. En masse, les valeureux camerounais, les ténors et caïds de la classe politique, sociale et culturelle quittent la scène qu’ils occupaient depuis plusieurs décennies. Coup sur coup, la mort a fauché Joseph Fofé,Pius Njawé, Léopold Ferninand Oyono, Denis Ekani, Paul Tessa, Mgr Paul Verdzekov, Justin Dioro, Jean Marc Ela, Meinrad Hebga, Bénaé Mpecké, René Owona, Ndeh Ntumazah, André Booto à Ngon,  Pierre Tchangué, Charles Assalè, François Sengat Kuoh, John Ngu Foncha, Salomon Tandem Muna, Pierre Tsoungui, Paul Soppo Priso, Joseph Tsanga Abanda,  Fonka Shang Lauwrence, Victor Ayissi Mvodo, Samuel Kamé, Julienne Keutcha, Paul Fokam Kamga, Justin Fotué Kamga, Paul Kamga Njiké, Joseph Kamga , André Fouda, Charles Awana Onana, Charles Assalé, Mgr Albert Ndongmo, Mgr Paul Etoga, Mgr Jean Zoa, Mgr André Wouking, Jean Fochivé, Gilbert Andzé Tsoungui, le Père Engelbert Mveng, Ahmadou Ahidjo, Maïdadi Sadou, Luc Loé, Bernard Eding, Christopher Nsalhaï, Samuel Eboua, Vroumsia Tchinaye, Christian Tobie Kuoh, Victor Ayissi Mvodo, Thomas Meloné, Stanilas Meloné, Gorges Ngango, Mongo Beti, Francis Bebey, Eboa lottin,  Vianney Ombé Dzana, Henri Bandolo, Luke Ananga, Claude Ondobo Ndzana, Enoch Kwayeb kate, Emah Basile, David Dagobert Fampou, Salomon Nfor Gwei, Emah Ottou P.P. Williams Higgins, Gustave Essaka, Simon Nko’o Etoungou, Amougou Noma. Nous en oublions certainement.
Nous n’éprouvons pas une délectation morose en publiant cette longue liste funèbre. La perte d’un être humain, quels que soient la couleur de sa peau, son appartenance ethnique, ses convictions politiques, idéologiques et religieuses laisse un grand vide impossible à combler.
Au-delà d’une arithmétique morbide des compatriotes qui quittent la scène, de ceux qui restent et des autres qui aspirent à vivre dans un environnement politique rénové ou reconstruit, de nos jours, le Cameroun a besoin des institutions fortes susceptibles de survivre à la disparition d’un homme ou d’un groupe d’hommes qui président aux destinés actuels du pays, autrement dit, qui traversent une époque, une période ou l’histoire,  transcendent les différents clivages et qui sont fondées sur des règles (lois et règlements)  claires et justes.
L’usure de la classe politique actuelle et surtout d’un pouvoir monarchique, plus autocratique que démocratique induit des comportements mettant en péril la cohésion nationale. De sorte que s’il survient une vacance temporaire, subite ou définitive du pouvoir suprême, il est à craindre un embrasement dans le pays. La situation sera d’autant plus critique que certains qui sont au pouvoir, des politiciens par décret, se sont comportés vis-à-vis de certaines élites comme des redoutables machines à exclure et à humilier, engendrant des sentiments de vengeance et de revanche à peine dissimulés.
Jean Bosco Talla



Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir