• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Bienvenue sur Germinal

http://germinalnewspaper.com/components/com_gk3_photoslide/thumbs_big/779876Une_net_009.jpglink
http://germinalnewspaper.com/components/com_gk3_photoslide/thumbs_big/528039D__gage.jpglink
http://germinalnewspaper.com/components/com_gk3_photoslide/thumbs_big/209251Guerre.jpglink
http://germinalnewspaper.com/components/com_gk3_photoslide/thumbs_big/8041940_a_79.jpglink
http://germinalnewspaper.com/components/com_gk3_photoslide/thumbs_big/465675Une_Net.jpglink
http://germinalnewspaper.com/components/com_gk3_photoslide/thumbs_big/124406Une_net_091.jpglink
http://germinalnewspaper.com/components/com_gk3_photoslide/thumbs_big/984470Cardinal.jpglink
http://germinalnewspaper.com/components/com_gk3_photoslide/thumbs_big/385470Une_094.jpglink
http://germinalnewspaper.com/components/com_gk3_photoslide/thumbs_big/847908Une_095.jpglink
http://germinalnewspaper.com/components/com_gk3_photoslide/thumbs_big/649389Une_096.jpglink
http://germinalnewspaper.com/components/com_gk3_photoslide/thumbs_big/755944Une_97.jpglink
http://germinalnewspaper.com/components/com_gk3_photoslide/thumbs_big/270088Une_100.jpglink
http://germinalnewspaper.com/components/com_gk3_photoslide/thumbs_big/658236Une_101.jpglink
http://germinalnewspaper.com/components/com_gk3_photoslide/thumbs_big/984159Une_102.jpglink
http://germinalnewspaper.com/components/com_gk3_photoslide/thumbs_big/313352Une_103.jpglink
http://germinalnewspaper.com/components/com_gk3_photoslide/thumbs_big/506136Une_103.jpglink
http://germinalnewspaper.com/components/com_gk3_photoslide/thumbs_big/766355UNE_104..jpglink
http://germinalnewspaper.com/components/com_gk3_photoslide/thumbs_big/881034Grande_Une_net.jpglink

Comment la France tue, pille le Cameroun et l’Afrique

La dette de sang Le 19 mai 2006, on aurait donné à Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa le Bon Dieu sans confession après avoir écouté ses propos sur la nouvelle relation entre Lire la suite...

Dégage!

Les sévices présidentiels On veut bien prendre les propos de Joseph Anderson Le publiés dans Mutations du 26 avril 2016, comme des paroles d’Évangile, quand il écrit ; «il faut […] Lire la suite...

Succession présidentielle: La guerre totale

Vers la nuit des longs couteauxOn peut résumer l’art de gouverner chez Paul Biya par cette phrase de Machiavel. « Les États héréditaires accoutumés à la famille de leur prince Lire la suite...

Des désastres judiciaires

L'injuste TcsLes mots ont un sens. Quand on les emploie, c’est pour dire quelque chose, pour se faire comprendre surtout si on a pris la peine de clarifier le sens Lire la suite...

RDPC: Vers un bain de sang

Pour qui sonne le glas?Contrairement aux apparences, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais de Paul Biya n’est pas rassemblé. La volonté de Jean Nkuete d’en faire le directeur de conscience Lire la suite...

Les Injustices de la justice

Ces injustes qui jugent!!!La justice en tant que valeur et institution fait aujourd’hui débat au Cameroun. Les raisons d’un tel intérêt proviennent certainement des injustices dont elle s’est rendue coupable  Lire la suite...

«Près de 70% de Camerounais ne sont pas gouvernés»

Il reste fidèle à lui-même. Avec son franc parler incisif qui dérange. Comme on dit, il n’a pas sa langue dans sa poche. A l’écouter, on se dirait être en Lire la suite...

Le naufrage du Cameroun, C'est eux!

Les naufrageursPeut-on encore parler d’hommes et de femmes politiques au Cameroun sans amertume? Au début des années 90, bien que naissante, l’opposition avait fait rêver le peuple camerounais. Plus de Lire la suite...

Les chantiers de l'inertie dans un Etat voyou

Les chantiers de l'inertie Le divorce entre Paul Biya et les Camerounais semble consommé : au-delà de ses longs-courts séjours privés dispendieux en Europe et des biens mal acquis, Paul Biya Lire la suite...

Sortir de l'impasse. Défis et responsabilités de l'opposition patriotique

Préparation et organisation minutieusesLes Camerounais ont certainement sous-estimé la capacité de résistance du Renouveau-Rdpc. Au début des années 1990, le peuple camerounais avait rêvé. Il croyait encore à la magie Lire la suite...

Paul Biya, un homme dépassé, du passé et du passif

Désastre innommableAprès son départ du pouvoir Ahmadou Ahidjo, entame une tournée provinciale pour convaincre les Camerounais d’accorder leur soutien à son successeur constitutionnel Paul Biya. Presque partout où il passe, Lire la suite...

Catastrophe ferroviaire d'Eséka: ces vérités cachées

Commission d'enquête alimentaireLa ficelle est grosse, trop grosse même. Chaque fois qu’il se produit une catastrophe qui frappe l’imaginaire et l’imagination des Camerounais, Paul Biya, pour calmer les esprits, se Lire la suite...

Crise anglophone et échec des mouvements sociaux protestataires: A qui la faute?

La question anglophoneLes Camerounais sont d'accord pour dire qu'il est légitime que nos frères et compatriotes d'expression anglaise posent leurs problèmes et qu'il est légitimes qu'ils l'expriment bruyamment par des Lire la suite...

Cameroun, 2017-2018: Zone de fortes turbulences; Tout est prêt pour que tout explose

La chance d'un cadavreDisons-le sans périphrases prudentes : Paul Biya est chanceux. Il a la chance d’un cadavre. Il est tellement chanceux que chaque fois que le fruit mûr attend Lire la suite...

Maurice Kamto: l'intellectuel, le politique et la renaissance

Le Cameroun irait mieux, s'il était bien géréOn peut facilement suivre la trajectoire intellectuelle de Maurice Kamto, cet intellectuel impertinent qui a décidé de se jeter dans l’univers politique, celui Lire la suite...

Christopher Fomunyoh: le Leader, le politique et l'humaniste

«Aucun pays africain n'a connu une alternance politique avec une opposition aussi fragmentée que la nôtre.»«Aucun pays africain n'a connu une alternance politique avec une opposition aussi fragmentée que la Lire la suite...

Paul Biya: Roi fainéant à perpétuité et sans ambition

Mourir au pouvoirLa manière de gouverner de Paul Biya n’étonne plus grand monde. Ayant été aux côtés d’Ahmadou Ahidjo, son illustre prédécesseur, il sait tenir sa langue et cultiver le Lire la suite...

Comment la France tue, pille le Cameroun et l’Afrique Dégage! Succession présidentielle: La guerre totale Des désastres judiciaires RDPC: Vers un bain de sang Les Injustices de la justice «Près de 70% de Camerounais ne sont pas gouvernés» Le naufrage du Cameroun, C'est eux! Les chantiers de l'inertie dans un Etat voyou Sortir de l'impasse. Défis et responsabilités de l'opposition patriotique Paul Biya, un homme dépassé, du passé et du passif Catastrophe ferroviaire d'Eséka: ces vérités cachées Crise anglophone et échec des mouvements sociaux protestataires: A qui la faute? Cameroun, 2017-2018: Zone de fortes turbulences; Tout est prêt pour que tout explose test Maurice Kamto: l'intellectuel, le politique et la renaissance Christopher Fomunyoh: le Leader, le politique et l'humaniste Paul Biya: Roi fainéant à perpétuité et sans ambition

Gouvernance: Etoudi, le Centre de l'Inertie

PDF

Paul Biya, le cœur de l’inertie au Cameroun
Paul Biya a souvent décrié l’inertie dans la marche des affaires publiques. Pourtant, il est le premier responsable des maux qui minent le pays. Parce que toujours en courts séjours privés au Cameroun.
Au cours d’un conseil ministériel réuni le 3 juillet 2008, quelques jours après avoir limogé le Premier ministre et quelques autres personnalités de son gouvernement d’une soixantaine de membres, Paul Biya a vertement tancé toute son équipe. L’annonce même de cette réunion du gouvernement augurait de cette colère du président, qui ne réunit presque jamais son équipe. « Les résultats obtenus n’ont pas été à la hauteur de toutes nos attentes. Il était donc nécessaire de se demander pourquoi, d’identifier les obstacles rencontrés et d’en tirer les leçons », a-t-il expliqué dès l’entame de ce conseil ministériel. le président de la République n’a pas eu de mots assez durs : « Certes, la crise mondiale qui a atteint le Cameroun il y a quelques mois, a compliqué notre tâche. [...] Mais la crise n’explique pas tout. Globalement en effet, notre économie

Mise à jour le Lundi, 21 Mai 2012 08:04

Ces sous-préfets français qui gouvernent en Afrique

PDF

Sous-préfets français d'Afrique ou dirigeants souverains
C’est l’observation que Calixte Baniafouna fait de la faune de dinosaures au pouvoir dans le précarré français. Le chef de l’État français recrute en Afrique des dirigeants qu’il installe au pouvoir, soutient dans l’exercice de leurs fonctions et protège par des interventions armées en temps de crise.
Denis Sassou Nguesso du Congo-Brazzaville doit son retour au pouvoir en 1997 à la France. Sa guerre de reconquête menée contre  le président élu Pascal Lissouba n’aurait jamais eu lieu sans le soutien de l’Élysée, pas plus qu’elle n’aurait fait autant de morts et détruit le pays.
L’Ivoirien Laurent Gbagbo aurait fait l’économie d’une guerre civile dans son pays sans le magistral montage par la France d’une rébellion dans le nord, équipée et dressée contre les institutions en place pour chasser du pouvoir le président élu qu’il était.
C’est contre la volonté du peuple tchadien que la France, grâce à l’appui  des présidents successifs à l’Élysée soutient le régime d’Idriss Deby au Tchad. Au Togo la gestion de la crise de succession de feu Gnassingbe Eyadéma

Mise à jour le Mardi, 08 Mai 2012 07:38

Comment les multinationales spolient les petits paysans

PDF
Accaparement des terres
Les entreprises industrielles tuent l’agriculture familiale dans plusieurs régions du Cameroun.
En décembre dernier, l’Institut africain pour le développement économique et social (Inades-formation Cameroun) et la Coalition d’organisations de la société civile de lutte contre l’accaparement des terres au Cameroun (Colat) organisaient un atelier national sur les résultats d’une étude sur le phénomène de l’accaparement des terres au Cameroun. Et les ONG étaient arrivées, dans leurs conclusions, que ce phénomène a des effets négatifs sur l’agriculture familiale camerounaise qui nourrit plus de 80% de Camerounais.
C’est que l’accaparement de terres, que ces Ong définissent comme étant l’acquisition, par des acteurs publics ou privés, étrangers ou nationaux, de droits sur de grandes surfaces de terres arables -en vue d’y développer une agriculture de type industrielle dans le but de produire des denrées alimentaires ou des agro carburants destinés principalement à l’exportation- est une vraie plaie pour l’agriculture familiale camerounaise.
Et selon Inades formation et Cie, «  au Cameroun, l’agriculture familiale représente l’un des piliers de l’économie nationale, cette agriculture est la troisième contribution
Mise à jour le Dimanche, 12 Février 2012 07:32

Le prix de la vérité

PDF
Le lecteur qui tient Germinal pour la première fois dans ses mains est tout de suite frappé par l’expression Le prix de la vérité. Cette expression simple résume en quelques mots le message que nous voulons délivrer. Elle traduit le degré de notre engagement et marque notre volonté de répondre de nos actes et actions ou des actions des personnes à notre charge. Pour nous, la compréhension de cette expression doit moins être littérale que métaphorique. Que ce soit dans les débats, les discussions,  la recherche, l’aveu, les enquêtes et autres reportages  le « prix de la vérité définit alors l’honnêteté ou le courage qu’exige de nous […] l’affirmation ou la reconnaissance des faits avérés, c’est-à-dire le refus du mensonge » (Marcel Hénaff, 2002 :15). Quoi qu’on en dise, quoi qu’on en pense, quoi qu’il advienne, nous n’aurons qu’une passion, celle de la lumière, au nom de nos lecteurs, du peuple camerounais et de l’humanité qui ont tant souffert, qui continuent de souffrir, et qui ont droit au bonheur (Zola),
Mise à jour le Vendredi, 03 Mars 2017 00:06

L’opposition camerounaise face aux défis de l’alternance

PDF
L'élection présidentielle se profile à l'horizon. Paul Biya est déjà (presque) entré en campagne. Du côté de l'opposition politique, ou ce qui en tient lieu,  on semble s'être habituée aux cuisantes débâcles électorales à l'issue des scrutins organisés par le pouvoir néo-patrimoinal en place dans le seul but de se pérenniser ou de présenter un visage démocratique. Après chaque élection, l'opposition s'est toujours contentée de déposer des recours auprès de la Cour suprême siégeant comme Conseil constitutionnel, sans illusion sur l'issue qui leur sera réservée et  comme si cette juridiction, dont les accointances avec le pouvoir exécutif sont un secret de polichinelle, pouvait opérer des miracles en faveur de l'alternance ou du changement. Simple naïveté politique, politique de courte vue ou erreur stratégique ou tactique ?

Page 4 sur 4