• Full Screen
  • Wide Screen
  • Narrow Screen
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Bienvenue sur Germinal!!!

Click on the slide!

Christopher Fomunyoh: Seule une démarche collective et cohérente peut conduire au Changement

Notre époque >> Politique

On ne le présente plus. Christopher Fomunyoh est directeur régional pour l'Afrique au National Democratic Institute for International Affairs. Très…

MORE
Click on the slide!

Top Chrono: Les soubressauts d'une fin de règne

gerrminal >> Le Dossiers

Vanitas vanitatumVanité des vanités, tout est vanité, dit Ecclésiaste. ‘’L’homme ! Ses jours sont comme l’herbe, comme la fleur…

MORE
Click on the slide!

Des procès politiques maquillés en infractions de droit commun

gerrminal >> Le Dossiers

 Procès politiquesPaul Biya a certainement raison de dire qu’il n’existe pas de prisonniers politiques au Cameroun. Il sait…

MORE
Click on the slide!

Royaume de Paul Biya: une pourriture avancée

gerrminal >> Le Dossiers

Le chant de cygneLorsque Paul Biya arrive au pouvoir le 6 novembre 1982, il promet monts et merveille…

MORE
Click on the slide!

Cet homme est dangereux : lui ou le Chaos, l’Apocalypse

gerrminal >> Le Dossiers

L’Afrique, selon le président Barack Obama en visite officielle au Ghana, n’a pas besoin d’hommes forts, mais d’institutions fortes, c’est-à-dire…

MORE
Click on the slide!

Cameroun: autopsie d'un Etat naufragé

gerrminal >> Le Dossiers

La démocratie n’est pas un borborygmeIl nous faut revenir ou accéder enfin aux fondamentaux, à un catéchisme politique…

MORE
Click on the slide!

Ces sous-préfets français qui gouvernent en Afrique

gerrminal >> Le Dossiers

Sous-préfets français d'Afrique ou dirigeants souverainsC’est l’observation que Calixte Baniafouna fait de la faune de dinosaures au pouvoir…

MORE
Click on the slide!

Et si Paul Biya quittait le pouvoir d'ici 2014!

gerrminal >> Le Dossiers

Longévité : le septennat du désespoir En s’offrant un autre bail à la tête de l’État, sous le regard à…

MORE
Click on the slide!

Paul Biya et la nouvelle Dynamite

gerrminal >> Le Dossiers

MORE
Click on the slide!

Pourquoi Paul Biya est une pire catastrophe pour le Cameroun

gerrminal >> Le Dossiers

Gouvernance: un désastre s’abat sur le CamerounBientôt 30 ans au pouvoir. Cela  ne lui a pas suffi pour…

MORE
Click on the slide!

Comment la France tue, pille le Cameroun et l’Afrique

gerrminal >> Le Dossiers

La dette de sang Le 19 mai 2006, on aurait donné à Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa le Bon…

MORE
Click on the slide!

Communauté internationale: Entre diplomatie et stratégie à géométrie variable

gerrminal >> Le Dossiers

L’Afrique doit devenir son centre propre Les interrogations concernant le rôle de « la communauté internationale »…

MORE
Frontpage Slideshow (version 2.0.0) - Copyright © 2006-2008 by JoomlaWorks

Repenser et reconstruire l'opposition camerounaise

PDF

Questions sur la quête de sens et la subjectivation politique
La démocratie présuppose aussi discussions et débats publics, délibérations, liberté d’expression et d’opinion, liberté d’association et de manifestation, libre circulation des idées. S’il est vrai que le multipartisme est l’un des baromètres fondamentaux d’une démocratie, il n’en demeure pas moins vrai que celui-ci ne peut véritablement porter les vertus de liberté, de démocratie et d’alternance que si les formations politiques - 292 légalisées au Cameroun - participent de manière efficiente et sans entraves à l’animation du jeu politique.
Nul ne peut nier les contraintes auxquelles font face les formations politiques de l’opposition. Il est aussi évident que les autorités publiques camerounaises, dans l’optique de conserver leur souveraineté et leur liberté d’action sur l’institutionnalisation et à la consolidation de la démocratie au Cameroun et en dépit des pressions multiformes, n’hésitent pas à leur tendre des embûches.

Mise à jour le Mardi, 18 Mars 2014 18:14

L'impératif des alliances en démocratie

PDF

Marches, boycotts, meetings, pétitions, communiqués et conférences de presse, villes mortes, pays mort et désobéissance civile…dans la plupart des États d’Afrique subsaharienne, principalement dans les pays d’Afrique centrale, l’opposition et les forces progressistes ont tout essayé. Sans succès, c’est-à-dire sans arriver à inverser le rapport de force leur permettant d’accéder au pouvoir. Les raisons de ses échecs récurrents sont multiples : fraudes électorales organisées par les régimes en place, organisation d’élections par une administration partisane, environnements politiques contraignants,  querelles de personnes, divisions des partis politiques et des opposants, mesquineries entre leaders, etc. Elles entraînent des conséquences qui contribuent le plus souvent à perpétuer les régimes en place que tous les opposants  prétendent combattre. Entre autres :

- la dispersion des votes de leurs membres et sympathisants au moment des consultations électorales ;
- le découragement des électeurs qui ne respectent plus les consignes de vote et n’écoutent plus les leaders qui à leurs yeux ne sont plus que de simples parleurs. De sorte que l’on constate une baisse significative du taux de participation électorale depuis quelque temps dans plusieurs pays.

Mise à jour le Samedi, 21 Septembre 2013 18:29

Christopher Fomunyoh: Seule une démarche collective et cohérente peut conduire au Changement

PDF

On ne le présente plus. Christopher Fomunyoh est directeur régional pour l'Afrique au National Democratic Institute for International Affairs. Très connu des leaders africains épris de démocratie et des Etats de droit en Afrique, il estime qu’il faut des synergies d'action et d'association fondées sur des alternatives crédibles pour qu’il y ait changement au Cameroun.
Germinal : Quand on parle de Christopher Fomunyoh, des compatriotes africains et camerounais réagissent, à raison, en disant que « celui-là alors, c’est un globe-trotteur ». Au fait, qu’est-ce qui fait courir Christopher Fomunyoh?
Christopher Fomunyoh : Je cours parce que l’Afrique bouge. Notre continent vit des mutations variables sur le plan politique, économique et même générationnel depuis les deux dernières décennies. L’Afrique cherche à s’affirmer sur le plan de la démocratie, de la bonne gouvernance et du développement humain. Les compatriotes et autres panafricanistes sont donc très perceptifs parce qu’ils s’identifient eux aussi au combat commun qui est le nôtre, celui de notre génération qui devrait œuvrer avec plus d’engagement et de dévouement pour plus de libertés et une démocratie

Mise à jour le Samedi, 20 Avril 2013 16:40

Top Chrono: Les soubressauts d'une fin de règne

PDF

Vanitas vanitatum
Vanité des vanités, tout est vanité, dit Ecclésiaste. ‘’L’homme ! Ses jours sont comme l’herbe, comme la fleur des champs il suffit qu’un souffle passe; Sur lui,
 il n’est plus, jamais plus ne le connaitra sa place.’’  Cette sagesse, tirée des psaumes 103 montre la vanité de toute chose.
Au milieu du XVIIe siècle, Louis XV affirmait péremptoire : « En ma personne seule réside la puissance souveraine. À moi seul appartient tout le pouvoir législatif sans dépense ni partage. L’ordre public tout entier émane de moi et les droits et les intérêts de la Nation sont nécessairement unis avec les miens et ne reposent qu’en mes mains. » Toutefois, la dictature monarchique a ouvert la voie à la Révolution bourgeoise de 1791. La France est ainsi passée d’une extrémité à une autre, de l’absolutisme royal à l’intolérance bourgeoise qui a effacé l’ordre de la noblesse en assassinant le roi. La Révolution bourgeoise ira de pair avec l’instabilité constitutionnelle. De 1791 à 1795, trois constitutions sont rédigées en France.
La situation du Cameroun est préoccupante.

Mise à jour le Samedi, 24 Août 2013 12:09

Des procès politiques maquillés en infractions de droit commun

PDF

 Procès politiques
Paul Biya a certainement raison de dire qu’il n’existe pas de prisonniers politiques au Cameroun. Il sait de quoi il parle surtout qu’il a su user des artifices pour faire avaler, le plus souvent par des tours de prestidigitation savamment orchestrés et dignes d’un Maître, l’histoire selon laquelle les personnes interpellées dans le cadre de l’ « Opération Épervier » sont coupables de distractions de deniers publics. Il l’a répété mille fois, le plus souvent en se regardant dans la glace. Le peuple famélique éreinté par trois décennies d’une gouvernance catastrophique et d’une gestion à l’emporte-casse, avait besoin du sang. Il a transformé ses propres créatures en victimes expiatoires. Il a réussi certainement à se convaincre, mais pas à convaincre de nombreux Camerounais avisés qui ont démasqué le jeu de massacre de politique qu’il a orchestré dans le sombre dessein de baliser le chemin à un dauphin qui n’osera pas ouvrir les placards de la République après son départ de la magistrature suprême. On comprend pourquoi Mathias Eric Owona Nguini soutient dans le présent dossier

Mise à jour le Jeudi, 07 Mars 2013 08:20

Au pays des Aveugles les Myopes sont Rois

PDF

A propos de l‘optique gouvernant des Grandes Réalisations et des Projets Structurants
Depuis quelque temps-en fait avec l’adoption en forme d’affichage d’un cadre stratégique prospectif (présumé) de planification et d’aménagement du territoire composé du DSCE et de la vision 2035, le groupe gouvernant affecte de sortir de sa proverbiale inertie doctrinale et conceptuelle en la matière. Dans la foulée, le régime du Renouveau National fondé sur le complexe Paul Biya-Rassemblement Démocratique du Peuple camerounais(Rdpc), verse même dans une démarche tapageuse, multipliant des actes d’exubérance verbale pour évoquer le triomphe à venir de ses choix de politique structurante. Longtemps campé dans une posture vélléitaire de politique économique lui interdisant de formuler et d’expérimenter des références et référentiels devant modéliser et modeler sa guidance en la matière, le bloc gouvernant camerounais mobilise désormais le registre  de la grandeur (Grandes Ambitions, puis Grandes Réalisations).
Le recours à la mise en scène de la rationalité opératrice et anticipatrice de la vie quotidienne du groupe gouvernant camerounais en matière de politique économique participe d’un appel abondant aux ressources symboliques

Royaume de Paul Biya: une pourriture avancée

PDF

Le chant de cygne
Lorsque Paul Biya arrive au pouvoir le 6 novembre 1982, il promet monts et merveille aux Camerounais. Ceux-ci adhèrent massivement à son projet de société - consigné dans un ouvrage Pour le libéralisme communautaire - qui magnifie le mérite et se propose de promouvoir la « vraie démocratie » et le « développement véritable ». Les slogans, « rigueur », « moralisation », « intégration nationale stade supérieur de l’unité » font florès et mobilisent ses concitoyens qui envisagent l’avenir avec beaucoup d’optimisme.
Très tôt cependant, ils déchantent et constatent avec amertume que les illusions faites sont restées au stade de promesses. Ils comprennent que le Libéralisme communautaire n’était, en réalité, qu’un vaste malentendu, une erreur originelle, un mirage ou un miroir aux alouettes émaillés de mensonges et d’incantations surréalistes.
À telle enseigne que, de nos jours, les slogans sus-évoqués sont devenus des mythes pour idiots, des dieux que même les partisans de Paul Biya ont honte d’évoquer en public.
Certes des Camerounais continuent à être bercés d’illusions, mais la réalité est patente,

Mise à jour le Vendredi, 23 Août 2013 12:33

Cet homme est dangereux : lui ou le Chaos, l’Apocalypse

PDF

L’Afrique, selon le président Barack Obama en visite officielle au Ghana, n’a pas besoin d’hommes forts, mais d’institutions fortes, c’est-à-dire d’institutions solides qui résistent à l’épreuve du temps et transcendent les individus. Ce sont ces institutions qui facilitent les alternances à la tête des États démocratiques en Occident, dans certains pays d’Amérique du sud et dans quelques rares pays d’Afrique. Lorsque les institutions sont solides, et le rôle des forces de défense et de sécurité bien défini, le pays peut même fonctionner sans chef de l’État. C’est ce qui s’est passé récemment en Belgique où le pays a fonctionné pendant des mois sans président de la République.
Dans la plupart des pays d’Afrique où tous les ingrédients d’une conflagration sont réunis (confiscation du pouvoir politique par un groupe, ethnicisme,  népotisme, corruption généralisée, etc.), une pareille situation parait inimaginable. S’il arrivait qu’il y ait vacance au sommet de l’État, il est presque certain que les citoyens assisteront à une lutte sans merci pour la conquête du pouvoir suprême, le problème dans ces pays étant que les institutions sont taillées à la mesure

Mise à jour le Samedi, 24 Août 2013 17:50

Les mensonges et les enfumages, ça suffit !

PDF

Par définition, les vœux n’expriment que des souhaits, des ambitions, des aspirations, des désirs, des intentions et des prétentions. Sauf à croire aux mages et aux prestidigitateurs, ils n’ont aucune prise sur la réalité et ne peuvent la changer.
À chaque fin d’année les dirigeants politiques du monde entier souscrivent au rituel du discours bilan et prospectif de formulation des vœux à leurs concitoyens. Le chef de l’État Paul Biya n’a pas dérogé à la règle. Le rituel préenregistré du 31 décembre 2012 - où le président de la République a souhaité le meilleur, ou le moins mauvais, à ses concitoyens - n’a pas levé de lourdes incertitudes qui pèsent sur le Cameroun au cours de l’année 2013 et des années à venir. C’est du moins ce que laissent entendre des Camerounais qui n’ont pas été surpris par la tonalité des propos qui voguaient entre la lucidité  et l’invective.
Dans son élan d’autoglorification, Paul Biya n’a pas hésité, comme un adolescent de 80 ans, à traiter tous ceux qui, à l’intérieur comme

Mise à jour le Lundi, 21 Janvier 2013 15:28

Lettre à Enoh : l’obscène et le grotesque constituent l’identité du régime

PDF

« Et pourquoi des poètes en temps de détresse ? » (Hölderlin)
Cher  Enoh  Meyomesse,
Vos amis, de ceux-là qui ne vous oublient pas dans la détresse, m’ont fait parvenir les poèmes que vous avez écrits dans le lieu de votre détention. Ils ont bien fait d’y adjoindre un recueil  plus ancien, publié aux Editions du Silex, à Paris.
Assurément, ils voulaient vous éviter d’être assimilé à la cohorte des écrivains de la onzième heure qui a éclos ces temps derniers dans l’une des geôles des plus malfamées d’un régime dont ils ont été de zélés serviteurs. Ils font maison commune avec vous dans le plus étrange atelier de la plus étrange saison d’écriture.
Mais le plus important est que le rapprochement de vos deux textes, distants l’un de l’autre de  plusieurs décennies, révèle leur identité de thèmes, d’atmosphère et de tonalité. Ils font soudain découvrir qu’ils sont le reflet d’une situation inchangée, semblable à elle-même hier comme aujourd’hui, de toute une époque, qui est une longue nuit. A la lettre, « le commencement est la fin » et réciproquement,

Mise à jour le Dimanche, 20 Janvier 2013 09:19

Cameroun: autopsie d'un Etat naufragé

PDF

La démocratie n’est pas un borborygme
Il nous faut revenir ou accéder enfin aux fondamentaux, à un catéchisme politique et démocratique. Il pourrait commencer par des rappels d’évidences si naturelles qu’elles en sont méconnues et ignorées. L’indigence d’esprit impose en frontispice, l’étrange avertissement suivant : « La démocratie n’est pas un borborygme ».
La démocratie n’est pas une éructation ni même un cri, serait-il un cri du cœur. La parole sur la démocratie n’est pas un tissu d’oracles inintelligibles dont la compréhension et l’interprétation doivent être abandonnées aux seuls êtres de transe, de délire et de nuit, voyants, gourous, devins, partisans et fanatiques, à ceux qui « parlent en langues » voient l’invisible et connaissent l’inconnaissable. Le mot de démocratie ne se prête pas à tous les usages et à n’importe quelles significations. Il répugne à certaines associations d’idées et de pratiques.

La démocratie s’exprime dans un langage articulé.

Elle a ou elle est un discours muni de ses notions et ses propositions de base, de règles qui les enchaînent pour développer une argumentation, un projet, un programme de façon cohérente.
Mise à jour le Mercredi, 21 Août 2013 21:17

Religions, loges et pouvoirs au Cameroun (acte 2): éléments d'un cadrage

PDF
altDans des sociétés marquées par : des mutations sociales, économiques et technologiques ; des crises des institutions étatiques et religieuses ; des crises sociales et le chômage de masse; le doute, l’angoisse et la détresse se répandent. Alors surgissent, le plus souvent avec la complicité des systèmes politiques en place, des organisations à caractère religieux et les nouveaux mysticismes qui profitent du désarroi ambiant et de la quête de nouvelles façons d’être, de vivre et d’expériences spirituelles nouvelles chez les citoyens pour proposer pensées et discours magiques qui masquent leurs ambitions de pouvoir et d’argent (Germinal, n°019)
À l’occasion de la 17e édition de La Grande Palabre, le groupe Samory, éditeur de Germinal et ses partenaires (Harmattan Cameroon,Fondation Gabriel Péri, Dynamique citoyenne, Le Messager, Radio Cheikh Anta Diop,Addec, Human Rights Initiatives) ont organisé, le jeudi 31 mai 2012, au Djeuga Palace à Yaoundé une discussion sur le thème: Religions, loges et pouvoirs au Cameroun (acte 2):  Éléments pour un cadrage.
Téléchargement
Mise à jour le Jeudi, 04 Octobre 2012 07:57

Religions, loges et pouvoirs au Cameroun (acte 1)

PDF

Le rapport des puissances politiques à la spiritualité et à la moralité

« Il n'est pas un pays au monde, pas une époque de l'histoire qui n'ait connu les sectes [et/ou les loges]. La perception du phénomène est fonction des périodes, de l'environnement économique, politique, social et culturel de chaque pays. Dans les débats publics sur les sectes [et les loges] beaucoup de choses s'entremêlent. Une inquiétude légitime face à certaines tragédies, manifestations perverses et pratiques frauduleuses  (viol des consciences, chantages, suicides collectifs, agressions sexuelles, meurtres, néocolonialisme spirituel...), une médiatisation à outrance du phénomène sectaire et des confusions autour de la notion de secte, justifient, sans doute, l'attitude de rejet dont elles sont, de nos jours, victimes. », (Germinal, n°019)

Le groupe Samory, éditeur de Germinal et ses partenaires (Harmattan Cameroon, Fondation Gabriel Péri, Dynamique citoyenne, Le quotidien Le Messager, la Radio Cheikh Anta Diop) ont organisé,  le jeudi 26 avril 2012, au Djeuga Palace hôtel à Yaoundé, une réflexion (conférence-débat) sur le thème Religions, loges et pouvoirs au Cameroun : Le rapport des puissances politiques à la spiritualité et à la moralité.
Téléchargement
Mise à jour le Mardi, 22 Mai 2012 21:46

Page 1 sur 2

  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »